Cerca

Vatican News
Le cardinal Barbarin à son arrivée au tribunal de Lyon, au dernier jour de son procès. Le cardinal Barbarin à son arrivée au tribunal de Lyon, au dernier jour de son procès.  

Le verdict rendu le 7 mars dans le procès du cardinal Barbarin

Ce jeudi se tenait le quatrième et dernier jour du procès du Primat des Gaules et des cinq autres personnes accusées. Une journée consacrée aux plaidoires de la défense.

Le tribunal correctionnel de Lyon rendra sa décision le 7 mars dans le procès contre le cardinal Barbarin et les cinq personnes de son entourage convoquées cette semaine devant la justice, pour "non dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs", telle est l'annonce faite ce jeudi après-midi par sa présidente Brigitte Vernay.

Après les plaidoiries des avocats des parties civiles mercredi, cette journée de jeudi était consacrée à la fin des plaidoiries des avocats de la défense, en particulier celle de l'archevêque de Lyon. "La douleur n'est pas le droit" a notamment déclaré Me Jean-Felix Luciani, l'avocat du cardinal, qualifiant de "bouleversants" les témoignages des victimes entendus à la barre, mais qu'ils ne justifiaient pas à ses yeux les pousuites judiciaires.

"Le cardinal Barbarin est-il poursuivi pour lui-même ou comme incarnation d'une institution ?" a aussi demandé l'avocat de Mgr Barbarin, regrettant qu'à travers son client, "il doit incarner la malédiction de l'Eglise dans cette affaire". Me Luciani a également souligné que ce procès était "une procédure de trop", après le classement sans suite de l'affaire par le parquet en 2016.

Un journaliste présent dans la salle du tribunal raconte que pendant une suspension d'audience, Mgr Gobilliard, l'évêque auxiliaire de Lyon, est venu parler avec l'un des plaignants, François Devaux, pour le remercier d'avoir ouvert les yeux de l'Eglise. Une fois la date du verdict annoncée et la cour retirée, le cardinal Barbarin s'est par ailleurs entretenu quelques minutes avec les avocats des plaignants, "une image étonnante en cette fin de procès" commente le journaliste.

10 janvier 2019, 15:26