Cerca

Vatican News
Le cardinal Barbarin, le lundi 7 janvier à l'ouverture de son procès. Le cardinal Barbarin, le lundi 7 janvier à l'ouverture de son procès.  (AFP or licensors)

Le procès du cardinal Barbarin se poursuit à Lyon

Le procès du cardinal Philippe Barbarin et de cinq autres prévenus pour «non dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs» par le père Bernard Preynat, et pour «non-assistance à personnes en péril» a été prolongé d’une journée. Il s’achèvera donc ce jeudi. Au troisième jour de ce procès, ce mercredi matin, devant le tribunal correctionnel de Lyon: la plaidoirie des parties civiles.

Après une première journée dominée par les déclarations du cardinal Barbarin, et celle de son directeur de cabinet à l’époque des faits, Pierre Durieux, la deuxième journée d’audience ce mardi a vu l’ensemble des cinq autres prévenus répondre aux questions de la présidente du tribunal correctionnel de Lyon.

La première à prendre la parole est Régine Maire, ancienne collaboratrice de l’archevêque de Lyon. Mgr Thierry Brac de la Perrière, évêque de Nevers, et alors évêque auxiliaire de Lyon s’est exprimé ainsi que Mgr Maurice Gardès, actuel archevêque d’Auche et responsable à l’époque du secteur du Roannais où officiait le père Preynat. Enfin, le père Xavier Grillon, vicaire épiscopale pour le Roannais, a lui aussi été entendu. Chacun a pu livrer sa version des faits.

Témoignage des plaignants

Après l’audition de tous les prévenus, ce sont les plaignants qui ont pris la parole. Ils ont pu expliquer à la Cour ce que le père Preynat leur avait fait subir quand ils étaient enfants. Ils sont revenus également sur leurs démarches auprès des autorités ecclésiastiques. «Si je suis là aujourd’hui, ce n’est pas dans un esprit de revanche, c’est pour que des hommes d’Église entendent ma souffrance» a déclaré Christian Burdet, 53 ans, père de trois enfants, abusé par le père Bernard Preynat pendant un camp scout. Des propos relayés par RCF Lyon et le journal La Croix.

Vint ensuite la confrontation entre les deux parties, chacun tentant d’expliquer sa position. Les débats devaient se conclure ce mercredi mais la présidente a décidé de les prolonger. Défense et parties civiles se retrouveront donc ce jeudi pour une dernière journée.

09 janvier 2019, 13:27