Cerca

Vatican News

La joie des évêques américains après leur retraite spirituelle

De nombreux évêques américains ont exprimé leur gratitude et leur satisfaction après la semaine d’exercices spirituels prêchés par le père Raniero Cantalamessa, prédicateur de la Maison pontificale, sur le thème: «la mission des apôtres et de leurs successeurs».

Emanuela Campanile- Cité du Vatican

«Une expérience bénie» dans laquelle «l’Esprit-Saint a agi avec force». Ce sont quelques-uns des commentaires, -certains postés sur twitter-, émis par de nombreux évêques américains ayant participé du 2 au 8 janvier à une retraite spirituelle à Chicago; une initiative suggérée par le Pape en personne, afin de recevoir de Dieu la force et le discernement nécessaires pour affronter l’actuelle crise des abus. Cette semaine de prière a été guidée et prêchée par le père Raniero Cantalamessa, prédicateur de la Maison pontificale depuis 1980. Le thème choisi, -«la mission des apôtres et de leurs successeurs», est inspirée de l’Evangile selon Saint Marc: «et il en institua douze pour qu’ils soient avec Lui et pour les envoyer proclamer la Bonne Nouvelle» (3, 14).

Faire plus confiance en l’Esprit-Saint

Parmi les réflexions proposées par le père Cantalamessa, l’invitation à «faire plus confiance à l’Esprit-Saint», à vivre toujours convaincus de la «présence amoureuse de Dieu» et, comme le souligne sur son blog l’évêque de San Antonio Mgr Michael J. Boulette-, la nécessité d’éradiquer «l’amour de l’argent». «Continuons à prier les uns pour les autres, pour notre Eglise et pour le monde. C’est une bénédiction d’être ici», écrit-il encore. L’archevêque d’Anchorage (Alaska), Mgr Paul D. Etienne, affirme que le prédicateur a été un «vrai instrument du Seigneur» et que l’Esprit-Saint a été à l’œuvre durant la retraite. Mgr Persico di Erie, évêque en Pennsylvanie insiste quant à lui sur la «puissance» et la profondeur des enseignements du père Cantalamessa, affirmant qu’ils incitaient à réfléchir et à prier sur le rôle des pasteurs. «Nous devons partir de là pour être en mesure d’offrir une guérison», commente-il.

Enthousiasme plus nuancé de la part du cardinal Blaise J. Cupich: «nous ne partons pas de cette retraite avec toutes les réponses aux questions importantes que l’Eglise doit affronter», écrit-il dans le journal diocésain Chicago Catholic, tout en soulignant que dorénavant, les évêques sont plus conscients de l’importance de s’appuyer sur l’Esprit du Seigneur plutôt que sur ses propres forces. L’une des bénédictions de cette retraite, ajoute-il, a été de sentir un rapprochement des évêques entre eux, mais aussi avec le Saint-Père.

L’archevêque de Los Angeles remercie le Pape François d’avoir offert une telle opportunité aux évêques, et réaffirme «l’engagement ferme» de l’épiscopat américain dans la lutte contre les abus et la poursuite du processus de renouveau de l’Eglise.

La déclaration du père Cantalamessa

Dans un mail envoyé à l’agence Catholic News Service peu avant cette retraite, le père Cantalamessa avait déclaré qu’il ne parlerait pas des abus et ne donnerait pas davantage de «conseils» à ce sujet, estimant que cela ne relevait pas de ses compétences. «Le Saint-Père m’a demandé de conduire une série d’exercices spirituels pour la conférence épiscopale afin que les évêques, loin de leurs engagements quotidiens, dans un climat de prière, silence, et de rencontre personnelle avec Dieu, puissent recevoir la force et la lumière de l’Esprit-saint pour trouver des solutions justes aux problèmes qui affligent aujourd’hui l’Eglise américaine».

12 janvier 2019, 16:54