Cerca

Vatican News
Mgr Romulo Valles (à gauche), archevêque de Davao et président de la CBCP, et Mgr Antonio Ledesma, archevêque de Cagayan de Oro, lors d'une conférence de presse le 28 janvier 2019 Mgr Romulo Valles (à gauche), archevêque de Davao et président de la CBCP, et Mgr Antonio Ledesma, archevêque de Cagayan de Oro, lors d'une conférence de presse le 28 janvier 2019   (AFP or licensors)

Les évêques philippins condamnent l’attaque terroriste de la cathédrale de Jolo

Au lendemain de l’attentat qui a frappé la cathédrale de Jolo, une île du sud de l’archipel philippin, la Conférence épiscopale du pays a publié un communiqué. Les évêques y expriment leur compassion et invitent la population à poursuivre le processus de paix dans un esprit de fraternité entre les différentes confessions religieuses.

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

Les membres de la Conférence des Évêques Catholiques des Philippines (CBCP) étaient réunis en assemblée plénière à Manille lorsque l’attentat a eu lieu, samedi 26 janvier. C’est donc l’administrateur apostolique de Jolo, le père Romero S. Saniel, qui a informé les prélats de «la triste nouvelle».

Un appel à l’unité face à la violence

Dans son communiqué daté du 27 janvier et signé de son président, Mgr Romulo G. Valles, la CBCP adresse d’abord ses condoléances aux «familles des soldats et des civils qui ont été tués par les explosions».

Les évêques expriment aussi leur compassion envers les blessés et leur «solidarité avec le reste des fidèles de la cathédrale et le reste de la communauté ecclésiale du vicariat apostolique de Jolo».  Dans le même temps, ils condamnent «cet acte terroriste qui s’est déroulé seulement quelques jours après le référendum sur la loi organique de Bangsamoro», en vue de la création de la région autonome de Bangsamoro à majorité musulmane. Les Philippines sont en effet entrées dans une «nouvelle phase du processus de paix», raison pour laquelle les évêques du pays demandent à leurs «frères chrétiens d’agir de concert avec tous les musulmans épris de paix et les communautés indigènes dans le plaidoyer contre l’extrémisme violent».

«Que toutes nos religions de paix nous guident dans notre quête d’un avenir plus lumineux pour les peuples de Mindanao», conclut la CBCP dans son message.

La condamnation du Pape François

La double attaque de la cathédrale Notre-Dame du Mont-Carmel, située sur l’île de Jolo, aurait fait au moins 18 morts. Un attentat revendiqué par l’organisation de l’État islamique dans cette région qui est un bastion du mouvement islamiste Abou Sayyaf, lequel n'est pas associé au processus de paix.

Dimanche 27 janvier, au terme de la prière de l’Angélus, le Pape François a exprimé ses condoléances pour les victimes de ce double attentat. «Je rappelle ma plus ferme réprobation pour cet épisode de violence, qui apporte de nouveaux deuils dans cette communauté chrétienne, et j’élève mes prières pour les défunts et pour les blessés. Que le Seigneur, prince de la paix, convertisse le cœur des violents et accorde aux habitants de la région une coexistence sereine», a exhorté le Saint-Père.

28 janvier 2019, 12:57