Cerca

Vatican News
Le cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne, le 4 décembre 2017. Le cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne, le 4 décembre 2017.  

Cardinal Schönborn: “le meilleur antidote au populisme est la foi en Jésus-Christ"

Interrogé il y a quelques semaines en marge du synode des jeunes auquel il participait, l’archevêque de Vienne revient sur les inquiétudes face à la montée des populismes sur le continent européen.

Entretien réalisé par Olivier Bonnel - Cité du Vatican

 

Les citoyens européens seront appelés aux urnes au printemps prochain pour renouveler le parlement de Strasbourg. Des élections importantes pour l’avenir du continent alors que les crispations se multiplient. Effets de la crise économique, fragilisation des pouvoirs et sentiment de déclassement de la part de nombre d’Européens ne semblent épargner aucun pays. La montée des partis populistes, en Hongrie, en Pologne ou encore en Italie est vue avec inquiétude par leurs partenaires européens. Ces partis n’hésitent d’ailleurs pas à faire de leur rejet des institutions européennes un des axes de leur politique voire de campagne électorale. 

La crise migratoire qui frappe de nombreux pays a cristallisé ces tensions. Aujourd’hui des responsables politiques, au pouvoir ou dans l’opposition ne craignent pas d’instrumentaliser la peur des migrants pour occuper l’espace public et médiatique. Une peur qui se joue beaucoup sur les réseaux sociaux et qui n’épargne pas les catholiques. Si les épiscopats d’Europe, comme la Comece, rappellent régulièrement l’importance de la construction européenne dans la paix qui nous vivons actuellement, les inquiétudes ne sont pas dissipées, loin de là.

Comment les catholiques doivent-ils se situer dans ce débat ? Quelle voix l’Eglise peut-elle apporter dans ce contexte passionnel ? Pour le cardinal Christoph Schönborn, l’archevêque de Vienne, cette peur se conjure avant tout par l’annonce de la Bonne Nouvelle.

Interview du cardinal Christoph Schönborn
01 décembre 2018, 09:29