Cerca

Vatican News
La foule dans une rue de Manille, aux Philippines, le 24 décembre 2018 La foule dans une rue de Manille, aux Philippines, le 24 décembre 2018  (AFP or licensors)

Philippines: accueillir l’Enfant-Jésus dans un climat de violence

Aux Philippines, la population s’apprête à fêter Noël dans un contexte lourd. Le pays est aux mains du président Rodrigo Duterte, connu pour son autoritarisme et ses méthodes brutales. Mais malgré la répression et la misère sociale, les philippins ne renoncent pas aux préparatifs de Noël. C’est même l’occasion d’une impressionnante ferveur populaire, comme en témoigne un missionnaire français.

Entretien réalisé par Adélaïde Patrignani

Le temps marquant du mois de décembre pour les catholiques philippins, ce n’est pas seulement le 25 décembre, mais plutôt les neuf jours qui précèdent la fête de la Nativité du Seigneur.

Il se passe alors un évènement «exceptionnel» selon le père Bernard Holzer, assomptionniste en mission dans le pays depuis 13 ans: une neuvaine de préparation, en l’honneur de la Vierge Marie. La ferveur des philippins se manifeste pleinement; les églises débordent et les familles se rassemblent dans tout l’archipel.

Des fidèles éprouvés

Cette marche joyeuse et vivifiante vers Noël n’efface pas cependant le climat douloureux dans lequel elle se déroule. Le gouvernement de Rodrigo Duterte se caractérise par ses méthodes répressives, notamment envers les trafiquants de drogue, et par sa brutalité envers l’Église catholique. Celle-ci rassemble 85% de la population. Une population pleine de lassitude, habitée par la peur, comme le remarque le père Holzer.

C’est donc «une prière pour la paix, l’harmonie et la justice» qui s’élèvera vers le Ciel en cette nuit de Noël. Le prêtre assomptionniste revient aussi sur le message qu’il souhaite transmettre aux fidèles: accueillir pleinement l’Enfant-Jésus, ce Dieu désarmé, et regarder l’étoile.

Témoignage du père Bernard Holzer, assomptionniste
24 décembre 2018, 13:11