Cerca

Vatican News
Premier dimanche de l'Avent : une bougie s'allume en attendant la naissance du Sauveur Premier dimanche de l'Avent : une bougie s'allume en attendant la naissance du Sauveur  (©eyetronic - stock.adobe.com)

L’Avent, à la rencontre du Messie sur un chemin intérieur

Le temps de l’Avent s’est ouvert ce dimanche, et avec lui, une nouvelle année liturgique. Les prochaines semaines sont données à chaque chrétien pour se préparer à Noël. Mais qu’on ne s’y méprenne pas : vivre l’Avent, ce n’est pas se soucier de la préparation d’une fête. C’est avant tout se prédisposer à la rencontre avec le Seigneur. Voici quelques balises pour un itinéraire sobre et priant, mais pas aride.

Entretien réalisé par Adélaïde Patrignani

«Restez éveillés et priez en tout temps» : l’appel du Christ, rapporté par l’évangéliste saint Luc, a résonné dans toutes les assemblées en ce premier dimanche de l’Avent. La prière et la vigilance seront au programme des prochaines semaines. Il faut des forces pour tenir dans ce que le frère Patrick Prétot compare à une «course». Course de fond, certainement pas compétition. Celui qui s’engage sur le chemin de l’Avent - du latin adventus : avènement, arrivée du Messie - est appelé à vivre une rencontre.

À l'écoute de Dieu 

Rencontre avec soi-même : le moment est propice à une (re)découverte de son intériorité, explique le moine bénédictin. Par la prière, l’écoute de la Parole, par la contemplation de la nature et de sa lumière, et aussi par le jeûne. Rencontre avec les autres : laisser de la place en soi-même permet de laisser de la place aux autres… L’Avent nous engage donc à faire preuve d’attention envers ceux qui nous entourent.

Toutes ces rencontres doivent décentrer de soi-même pour partir à la recherche de Dieu, en attendant «la plénitude du Verbe dans le monde», selon les mots de frère Patrick. Un Dieu qui se laisse trouver, et prend même l’initiative de la rencontre, comme le révèle le Mystère de l’Incarnation. Témoins, rayonnants d’espérance, de cette rencontre avec le Messie dans la simplicité du quotidien, nous pourrons alors chanter : «Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous» (Jn 1,14).

Frère Patrick Prétot, moine de l’abbaye française de La-Pierre-Qui-Vire, enseignant à l’ICP, y a dirigé l'Institut Supérieur de Liturgie. Il nous donne un éclairage sur le temps de l’Avent.

Entretien avec Fr. Patrick Prétot
03 décembre 2018, 14:04