Cerca

Vatican News
Mgr Luc Ravel lors de la veillée de prière à la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, le 13 décembre 2018 Mgr Luc Ravel lors de la veillée de prière à la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, le 13 décembre 2018   (ANSA)

Strasbourg : vaincre le mal «par la prière et par l’unité»

Plus de 1600 personnes ont assisté hier à la veillée de prière présidée par Mgr Luc Ravel en la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg. Dans son homélie, l’archevêque de Strasbourg a appelé à la prière et à l’unité suite à l’attentat qui s’est produit lundi sur le marché de Noël de la ville.

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

«Toute l’Europe a les yeux sur Strasbourg, pour pleurer, avec nous, nos morts, nos blessés et nos familles bouleversées», a déclaré Mgr Ravel au début de son homélie prononcée au cours de la veillée de prière de ce jeudi soir. L’archevêque de Strasbourg a apporté quelques éléments de réponses aux interrogations qui ont surgi suite au drame ayant frappé la ville deux jours auparavant. Qui n’a pas été en effet choqué par cette violence commise au cœur de «la douceur de Noël» ? «Cette percussion infernale ne doit pas nous décourager dans notre quête inlassée du bien et du beau», a estimé Mgr Ravel, avant de faire référence à la Bible qui montre que «cette percussion n’est pas neuve».

Le bien sera toujours vainqueur

Joie et douleur s’entremêlent, bien et mal cohabitent, comme le rapportent bien des épisodes bibliques. «Seule notre insouciance nous aura fait oublié qu’à l’innocence de la naissance est aussi liée la férocité des mauvais instincts», a rappelé l’archevêque, «affrontons en face cette vérité intemporelle pour ne pas nous laisser surprendre par le mal».

Mgr Ravel a ensuite salué tous ceux qui ont fait preuve de solidarité, d’abnégation et de courage au soir de l’attentat. Comme une preuve que «ce message de Noël n’a pas été contredit mais confirmé par cette nuit dramatique : le mal et le bien sont présents mais, au bout, c’est le bien qui aura le dernier mot», a-t-il affirmé devant la foule venue remplir la cathédrale Notre-Dame.  

Prier et œuvrer pour l’unité

Puis l’archevêque de Strasbourg a formulé plusieurs mises en garde contre les «vieux démons toujours présents chez nous» : antisémitisme, instrumentalisation politicienne, raisonnements simplistes, «manipulation de la colère sociale».

Pour lutter contre ces vieux démons, l’homme ne peut pas seulement compter sur ses propres forces: il doit s’appuyer sur Dieu, «par la prière et par l’unité» avec ses frères en humanité. «La paix et la sécurité sont du lait sur le feu : elles réclament une vigilance de tous les instants», a conclu Mgr Ravel, comme un écho de l’Évangile lu auparavant : «Prenez garde, restez éveillés» (Mc 13, 33-37). L’archevêque a enfin confié la ville, l’Alsace et l’Europe à la prière de sainte Odile, patronne de l’Alsace fêtée le jour-même.

Comme l’indique le site du diocèse de Strasbourg, 1600 personnes ont assisté à la cérémonie, dont des autorités publiques et des représentants d’autres confessions religieuses, parmi lesquels Christian Krieger, vice-président de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Ce dernier s’est lui aussi exprimé au cours de la veillée.  

Le bilan provisoire de l'attentat du 11 décembre fait état de trois morts, une personne en état de mort cérébrale et douze blessés, dont cinq graves. 

14 décembre 2018, 14:40