Version Béta

Cerca

Vatican News
Scènes de liesse dans les rues de Paris le 11 novembre 1918. Scènes de liesse dans les rues de Paris le 11 novembre 1918.  (AFP or licensors)

Mgr Hollerich : les Européens ont tendance à oublier les leçons de la Première Guerre mondiale

Les commémorations du centenaire de l’armistice du 11 novembre nous rappellent combien la paix est un bien précieux. Cent ans après la fin de la Première Guerre mondiale, les Européens ont-ils vraiment tiré toutes les conséquences des erreurs du passé ?

Entretien réalisé par Xavier Sartre – Cité du Vatican

Dimanche, plusieurs dizaines de chefs d’État et de gouvernement se retrouvent à Paris pour commémorer le centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918 qui mit fin aux combats de la Premier Guerre mondiale. Ce conflit mit à genoux l’Europe et bouleversa le monde politiquement, économiquement, socialement et moralement.

Le nationalisme exacerbé est une des causes qui menèrent au déclenchement de la guerre en 1914. En 1919, les vainqueurs veulent croire à la paix mais vingt ans plus tard, un autre conflit, encore plus destructeur, éclate. Depuis 1945, l’Europe vit relativement en paix, à l’exception de l’ex-Yougoslavie et de l’Ukraine.

Cette paix relative n’empêche pas les crises politiques de surgir sur le Vieux Continent. L’Union européenne, un des principaux moteurs de la paix sous ses différentes formes depuis 1950, est de plus en plus contestée par des mouvements et des partis populistes et extrémistes.

Les nationalismes ressurgissent, les égoïsmes nationaux apparaissent de plus en plus forts. Dans ce contexte tendu, les Européens ont-ils vraiment tiré toutes les leçons de la Première Guerre mondiale ? Mgr Jean-Claude Hollerich, archevêque de Luxembourg et président de la COMECE craint que non.

Entretien avec Mgr Hollerich
09 novembre 2018, 16:26