Cerca

Vatican News
le cardinal O'Malley, deuxième en partant de la gauche le cardinal O'Malley, deuxième en partant de la gauche  (ANSA)

Cardinal O’Malley : la réunion de février sur les abus, un moment important

Le président de la Commission pontificale pour la protection des mineurs se réjouit de la création par le Pape d’un comité organisateur pour la réunion de février au Vatican sur les abus. Le cardinal O’Malley rappelle l’importance de l’engagement en faveur d’une politique de tolérance zéro dans les affaires d’abus.

Xavier Sartre – Cité du Vatican

«Je suis reconnaissant pour l’annonce faite ce matin [vendredi 23 novembre] concernant le comité organisateur pour la rencontre sur la protection des mineurs dans l’Église» : c’est par ces mots que le cardinal Sean O’Malley, archevêque de Boston et président de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, commence son communiqué, publié vendredi après l’annonce faite au Vatican de la création de ce comité organisateur.

Le cardinal O’Malley, très impliqué dans la lutte contre les abus, rappelle que la commission qu’il préside est à l’origine de la grande réunion convoquée par le Pape François en février prochain. La Commission a pour rôle, souligne-t-il, de «faire des recommandations sur les meilleures pratiques pour l’Église dans le champ de l’éducation et pour des programmes de prévention concernant les crimes d’abus sexuels sur mineurs et adultes vulnérables». La Commission aidera ainsi, à la demande du Saint-Père, le comité organisateur.

Rencontrer des victimes

Parmi les propositions mises en avant par le cardinal O’Malley, figure la rencontre entre des victimes et des évêques nouvellement nommés. «Ces rencontres ont inspiré notre avis selon lequel appeler les évêques à Rome pour une rencontre ayant un impact similaire aussi grand serait très important pour aborder la crise globale des abus au sein du clergé», estime-t-il.

«La rencontre de février sera un moment important pour développer un chemin de progression pour les diocèses du monde entier. Nous devons continuer d’adhérer et de pratiquer la politique de tolérance zéro, travailler pour une plus grande transparence, ce qui inclut de révéler les noms des membres du clergé accusés d’abus et encourager tous les ordres religieux à adopter une politique similaire et coopérer avec les autorités civiles et légales» affirme encore l’archevêque de Boston.

Le cardinal O’Malley souligne enfin la priorité absolue selon lui : le soutien et le soin pastoral en faveur des victimes. «C’est le voyage d’une vie qui fait partie maintenant de la fabrique de la famille catholique et requiert un partenariat entre les laïcs et le clergé pour pallier les échecs de l’épiscopat en rendant les évêques responsables pour les crimes contre les enfants et les adultes vulnérables».

24 novembre 2018, 11:36