Version Béta

Cerca

Vatican News
Le groupe des prêtres dont neuf furent exécutés en 1936, avec le père Teodoro Del Olmo. Le groupe des prêtres dont neuf furent exécutés en 1936, avec le père Teodoro Del Olmo. 

Béatification de 16 martyrs à Barcelone

Neuf prêtres, quatre religieuses et trois laïcs qui servirent dans le diocèse de Barcelone ont été béatifiés ce samedi lors d’une messe présidée par le cardinal Becciu à la basilique de la Sagrada Familia.

Cette nouvelle béatification de martyrs de la guerre d’Espagne a fait se remémorer ces violences des années 1936-1939, durant lesquelles 70% des églises du territoire espagnol furent détruites, et qui coûtèrent la vie à trois évêques, 4200 prêtres et séminaristes, 2000 religieux, 300 religieuses, ainsi que des milliers de laïcs, exécutés en raison de leur lien avec l’Église catholique.

«Ces nouveaux martyrs ont annoncé l’Évangile en donnant la vie par amour. Avec la force de leur souffrance, ils sont le signe de cet amour plus grand qui renferme toute autre valeur», a expliqué dans son homélie le cardinal Becciu, préfet de la Congrégation pour les Causes de Saints. Il a précisé que «ces martyrs nous invitent aussi à penser à la multitude de croyants qui sont persécutés aujourd’hui aussi dans le monde d’une façon cachée, déchirante, parce que cela comporte le manque de liberté religieuse, l’impossibilité de se défendre, l’internement, la mort civile», a-t-il expliqué.

Les martyrs ont donné leur vie pour les autres

«Qui nous séparera de l’amour du Christ ?», a demandé le cardinal Becciu, citant la réponse de saint Paul : «Rien, pas même la mort, ni les forces mystérieuses du monde, ni l’avenir ni aucune créature». Ceci représente donc la victoire que les nouveaux bienheureux martyrs ont remporté sur les persécutions anti-catholiques de l’époque, selon le cardinal : ceux-ci «répandaient le bien dans les paroisses, dans les collèges où ils enseignaient  et dans les autres activités correspondant à leur état de vie». «Dans le moment suprême de leur existence, a-t-il remarqué, quand ils devaient confesser leur propre foi, ils n’eurent pas peur : ils ont accepté la mort puisqu’ils ne nièrent pas leur identité de religieuses, de religieux ou de laïcs engagés».

«Celui qui aime sa vie la perd et celui qui haït sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle», dit Jésus, qui nous enseigne ainsi à vivre notre existence non pas «dans la conservation et dans l’attachement à nous-mêmes, mais dans le don et dans l’amour envers les autres». Justement comme l’ont fait les martyrs. Et la vraie route de la suite du Christ et dans le service : seul celui qui est capable de servir peut dire qu’il est le disciple de Jésus, a expliqué le cardinal Becciu.

10 novembre 2018, 17:51