Version Béta

Cerca

Vatican News
Des jeunes Italiens durant une marche de préparation au Synode, durant l'été 2018. Des jeunes Italiens durant une marche de préparation au Synode, durant l'été 2018. 

Mgr Gobilliard : les jeunes attendent de l'accompagnement

Le synode des évêques sur les jeunes est sur le point de débuter au Vatican. Les pères synodaux commencent à arriver à Rome tandis que les derniers préparatifs sont en cours. C’est l’occasion de voir, avant que les débats ne commencent, ce qui est ressorti des consultations préparatoires auprès des jeunes.

Entretien réalisé par Delphine Allaire - Cité du Vatican

En cette veille d’ouverture du synode des évêques sur les jeunes, les attentes se cristallisent et les derniers préparatifs s’organisent. Mgr Emmanuel Gobilliard, évêque auxiliaire de Lyon, fait partie des quatre évêques français qui participeront à l’évènement. À la veille de l’ouverture officielle ce mercredi 3 octobre de cette réunion sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel, il nous confie son état d’esprit à l’idée de plancher sur les attentes et exigences des jeunes pendant trois semaines.

Entretien avec Mgr Gobilliard

Mgr Gobilliard: Mon état d’esprit général, c’est l’action de grâces, pour la rencontre avec plein de frères évêques que je ne connais pas, et avec qui je vais pouvoir discuter. Ils vont pouvoir me parler de leurs problématiques diocésaines, des problématiques des jeunes de leurs diocèses.

Je suis enthousiasmé à l’idée de rencontrer des évêques d’Afrique, des évêques d’Asie, des évêques d’Amérique du Sud, et d’avoir le temps aussi. C’est un mois d’expérience ecclésiale très forte, d’expérience de la diversité de l’Église, dans un contexte difficile, et donc il y a de ma part une grande attente pour cette rencontre et aussi pour les réponses qui peuvent être données.

J’ai passé tout mon été à rencontrer des groupes de jeunes, j’ai recueilli leurs questions, leurs attentes, leurs espérances, et je vais aussi porter cela au Synode. Donc à la fois je vais beaucoup écouter, et je vais un petit peu parler.

Vatican News: Et sur quels thèmes les attentions des jeunes se sont-elles cristallisées ?

Sur l’accompagnement, beaucoup ! Il y a eu beaucoup de questions de jeunes qui sont en attente d’accompagnement spirituel, d’accompagnement humain, ils attendent encore beaucoup de l’Église, cela nous a surpris. J’ai été frappé par une question d’un jeune, qui m’a dit : «sur les questions de sexualité, on attend que l’Église nous accompagne, mais vous, comment êtes-vous accompagnés ? En tant qu’évêques, en tant que prêtres, en tant que diacres, en tant que formateurs de jeunes, comment êtes-vous accompagnés sur ces questions-là ? Parce que on a le droit et le devoir d’attendre de vous que vous soyez, non pas irréprochables, mais accompagnés. Que vous ayez pris en compte ces questions pour vous-mêmes.» Moi ça m'a beaucoup marqué, cette interpellation de jeune, et je la trouve pleine d’espérance. Les jeunes ils sont tournés vers l’avenir et ces questions sont plutôt des questions qui nous portent vers l’avenir, qui nous tournent vers l’avenir et ces rencontres m’ont beaucoup plu.

À la fois pour les jeunes et pour l’Église, quel est l’objectif pour l’après-Synode, si on se projette dans les conséquences.

Et bien… Je ne sais pas ! Et je suis content de ne pas le savoir ! Parce que l’Esprit Saint sera là pour nous donner la réponse. Notre mission en tant qu’évêque, c’est d’être à l’écoute de l’Esprit Saint. À l’écoute des jeunes, dans un premier temps, avec les deux ans de processus qui ont conduit jusqu’à la dernière phase synodale que nous vivons, mais aussi à l’écoute de l’Esprit Saint. La rencontre synodale elle-même est un foisonnement, une émergence de ce qui sera, j’espère, une Pentecôte nouvelle !

(interview réalisée avec l'aide de l'agence i.media)

 

02 octobre 2018, 10:51