Version Béta

Cerca

Vatican News
Le rite byzantin de la communauté gréco-catholique. Le rite byzantin de la communauté gréco-catholique.   (AFP or licensors)

Roumanie: le palais épiscopal d'Oradea détruit par un incendie

Coup dur pour les fidèles gréco-catholiques d’Ukraine: dans la nuit de samedi 25 à dimanche 26 août, le palais épiscopal d’Oradea (nord-ouest du pays) a été la proie des flammes. Présent dans la ville pour la bénédiction d’une église restaurée, Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’œuvre d’Orient, a été témoin de l’incendie.

Manuella Affejee et Delphine Allaire - Cité du Vatican

Les flammes ont soudainement éclaté vers 22 heures, détruisant d'abord le toit qui s’est effondré, puis le premier étage. Heureusement, le bâtiment, en cours de rénovation, n’était pas encore habité.

Dans un communiqué, le diocèse d'Oradea au nord-ouest du pays a annoncé dans la foulée la création d’un comité d’experts composé de représentants des sapeurs-pompiers, des services de la police roumaine et de l’épiscopat grec-catholique d’Oradea afin d’identifier les raisons de cet accident.

Un lieu à haute valeur symbolique

Ce palais épiscopal avait une valeur symbolique très élevée pour la communauté gréco-catholique de tout le pays. «Un symbole pour toute la communauté d'Oradea, riche d'histoire et de sens». En 1948, avec l'abolition de l'Église gréco-catholique par le régime communiste, le bâtiment fut confisqué et transformé en une école d’arts, puis en une bibliothèque de la région de Bihor. Mais la tragédie ne concerne pas seulement la communauté gréco-catholique. Toute la ville s’est retrouvée unie dans la douleur. «Ce sont les larmes qui ont éteint les flammes», a expliqué encore sous le choc, Mgr Virgil Bercea, éveque de la communauté gréco-catholique d’Oradea, et joint par l’agence de presse italienne SIR.  

Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’œuvre d’Orient, revient sur la valeur hautement symbolique de cet édifice pour l’Eglise gréco-catholique de Roumanie.

Entretien avec Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l'Œuvre d'Orient, témoin de l'incendie

La solidarité œcuménique ne s’est, elle, pas fait attendre. Orthodoxes, protestants, et juifs se sont déclarés prêts à participer à la reconstruction du palais des évêques.

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, les gréco-catholiques roumains représentaient près d’un million et demi de fidèles, faisant de leur religion la deuxième du pays après les orthodoxes. Aujourd’hui, ils sont moins de 300 000. Cette Église est née en 1700 à la suite de la scission de la communauté orthodoxe de Transylvanie, dont une partie décida de s’unir à l’Église catholique et de reconnaître le primat du Pape. Depuis, son rite est resté le même que celui des orthodoxes. 

28 août 2018, 09:57