Version Béta

Cerca

Vatican News
Des bougies allumées à Lourdes, le 15 août 2018. Des bougies allumées à Lourdes, le 15 août 2018.  (AFP or licensors)

Décès de Mgr François Garnier, archevêque de Cambrai

L'archevêque de Cambrai s'est éteint la nuit dernière. Il avait 74 ans.

Cyprien Viet - Cité du Vatican

Le diocèse de Cambrai a annoncé ce mercredi matin, en la fête de l'Assomption, la mort de Mgr François Garnier, qui était archevêque de ce diocèse nordiste depuis l'an 2000. Luttant depuis plusieurs mois contre une leucémie, Mgr Garnier est décédé à Beaune, sa ville natale, où il était en vacances mais avait été hospitalisé à la suite d'un malaise.

Né en 1944, Mgr Garnier avait été ordonné prêtre pour le diocèse de Dijon en 1970, après une période de formation marquée notamment par deux ans de coopération en Syrie, à Alep. Après 20 ans de sacerdoce dans son diocèse, dont il fut le vicaire général de 1985 et 1990, il fut nommé évêque coadjuteur de Luçon par saint Jean-Paul II en 1990, avant de devenir l'évêque titulaire de ce diocèse vendéen l'année suivante. En l'an 2000, il avait été nommé archevêque de Cambrai, diocèse couvrant la moitié sud du département du Nord, le reste étant rattaché au diocèse de Lille. Durant ses près de 18 ans de service pour le diocèse de Cambrai, Mgr Garnier avait été très apprécié pour son humanité, sa proximité avec les plus pauvres et les plus petits, dans une terre marquée par la précarité économique, mais aussi par une piété populaire toujours dynamique, notamment à travers le pèlerinage du Saint-Cordon à Valenciennes. 

Au sein de la conférence épiscopale, il avait notamment été président de la Commission pour la Mission universelle de l'Église et chargé de la DCC (Délégation catholique pour la coopération).

Courage et humilité face à la maladie

Hospitalisé à la veille de Noël 2017, il avait adressé le 30 décembre un message à ses diocésains, leur révélant être atteint d'une leucémie.

Au long de ces derniers mois, Mgr Garnier avait beaucoup touché la communauté diocésaine par l'humilité et le courage avec lequel il abordait sa maladie. Il y a quelques jours, s'excusant à l'avance de ne pouvoir participer au pèlerinage de son diocèse à Lourdes, prévu du 17 au 23 août, Mgr Garnier avait écrit ces mots: «Je souhaitais pouvoir être avec vous. Je sais aujourd’hui que cela ne sera pas possible, étant convoqué le 21 août prochain à l’hôpital Gustave Roussy de Villejuif pour un nouveau protocole de soins, l’actuel ne faisant plus reculer la leucémie qui est la mienne. J’aurais aimé vivre à Lourdes le sacrement des malades autrement, non pour le donner mais pour le recevoir parmi mes frères et sœurs du diocèse. Je le recevrai à Cambrai, au retour de l’hôpital. Et nous prierons les uns pour les autres, pour que le Seigneur nous donne la grâce de traverser nos épreuves dans la Foi.»

De façon à organiser une transition douce, à sa demande, le Pape François avait nommé le 25 mai dernier un archevêque coadjuteur pour le seconder, avec succession automatique en cas de décès ou de démission. Mgr Vincent Dollmann, jusqu'alors évêque auxiliaire de Strasbourg, devait lui succéder officiellement lors d'une messe prévue le 25 novembre prochain. Mais la brutale dégradation de l'état de santé de Mgr Garnier et son décès, en ce matin de l'Assomption, ont accéléré ce processus. Mgr Dollmann devient donc immédiatement le nouvel archevêque de Cambrai.

Les obsèques de Mgr Garnier seront célébrées le vendredi 24 août à 11h en la cathédrale de Cambrai.

15 août 2018, 13:36