Cerca

Vatican News
Le Saint-Suaire de Turin. Le Saint-Suaire de Turin. 

Saint-Suaire: une étude sur les taches de sang suscite la perplexité

Une spécialiste interrogée par Vatican News considère cette étude comme n’ayant aucune rigueur scientifique et étant motivée par des raisons idéologiques visant à décrédibiliser cette relique.

Federico Piana – Cité du Vatican

La nouvelle a fait le tour du monde: la moitié des taches de sang imprimées sur le suaire ne seraient pas compatibles avec la posture d’un homme crucifié. Cette étude sérieuse en apparence, publiée par des chercheurs de l’Université de Liverpool dans le Journal of Forensic Sciences, est vivement contesté par Emanuela Marinelli, spécialiste mondialement connue du Saint-Suaire, qui dénonce le manque de «rigueur scientifique» de cette étude, effectuée à l’aide d’un simple mannequin recouvert d’un linge, sur lequel on a fait tomber quelques gouttes de sang artificiel à l’aide d’une éponge pour ensuite étudier la trajectoire du sang…

Une méthode approximative et superficielle donc, qui selon elle n’a pas le sérieux «d’autres enquêtes comme celle réalisée il y a désormais 40 ans sur des cadavres d’hommes morts par hémopéricarde» (un épanchement sanguin du cœur, dont Jésus lui-même serait mort, ndlr), avec un bistouri pointé entre la cinquième et la sixième côte, comme la lance du soldat romain. Ces études de médecine légale tendaient en effet à corroborer la relation entre les traces de sang présentes sur le Saint-Suaire et les blessures évoquées dans les récits de la Passion du Christ.

Interrogée par Radio Vaticana Italia, la professeure Marinelli dénonce donc les études pseudo-scientifiques financées par des groupes idéologiques visant à présenter le Saint-Suaire comme un faux. Elle rappelle notamment la censure par la Rai, la télévision publique italienne, d’un documentaire dans lequel était évoquée une lettre du cardinal Anastasio Ballestrero, archevêque de Turin de 1977 à 1989, qui dénonçait l’implication de la franc-maçonnerie dans l’affaire de la datation au carbone 14, dont la thèse sous-jacente était de démontrer l’origine médiévale, et non pas antique, du Saint-Suaire. Des études ultérieures ont relancé le débat, avec notamment l’idée plausible d’une origine antique et palestinienne du Saint-Suaire, qui serait donc authentique, mais qui aurait pu, au long de deux millénaires, faire l’objet de raccommodages et de réparations avec des tissus européens plus récents.

En tout cas, pour certains, l’objectif n’est pas seulement de nier le Christ mais aussi sa Résurrection. Comme disait le cardinal Giacomo Biffi, pour un catholique, découvrir que le Saint-Suaire serait un faux ne change rien. Cela change tout, en revanche, pour un athée. Et c’est peut-être cela qui motive certains à vouloir démontrer le caractère faux de cette relique, avec un certain acharnement idéologique, le tout sous couvert de scientificité, dénonce Emanuela Marinelli.

17 juillet 2018, 19:20