Version Béta

Cerca

Vatican News
Audience avec le Pape Benoît XVI en mai 2012 Audience avec le Pape Benoît XVI en mai 2012 

Le diocèse de Rome ouvre le procès en béatification de Chiara Corbella

Six ans après la mort de Chiara Corbella, le diocèse de Rome ouvre son procès en béatification. L’histoire et le sacrifice de cette jeune mère de 28 ans avait ému toute l’Italie, et bien au-delà.

Manuella Affejee- Cité du Vatican

La photo de son visage lumineux, bien que marqué par la maladie, est accrochée dans de nombreuses maisons en Italie, et surtout à Rome, sa ville d’origine, où son souvenir est évoqué avec émotion et fierté par tous ceux qui l’ont connue. En 2010, Chiara Corbella, jeune Romaine très engagée dans le Renouveau charismatique avec son époux Enrico Petrillo, est diagnostiquée d’une tumeur maligne, alors qu’elle est enceinte de son troisième enfant, -les deux premiers, atteints de graves malformations décelées in utero, étaient morts peu de temps après l’accouchement.

Dilemme tragique, choix héroïque

Au vu des risques pour la vie de son enfant à naitre, Chiara et son mari décident ensemble de reporter plusieurs traitements, dont une lourde opération, afin de mener la grossesse à terme. Son fils, Francesco, nait en parfaite santé en mai 2011. Commence alors une chimiothérapie intensive, qui ne réussira toutefois pas à contenir l’expansion de la maladie. Chiara s’éteint le 13 juin 2012, à l’âge de 28 ans. Ses funérailles, célébrées par le cardinal Agostino Vallini, à l'époque vicaire pour le diocèse de Rome, rassemblent des milliers de personnes, touchées par le témoignage de vie et l’héroïsme de cette jeune femme «ordinaire». Un mois et demi avant sa mort, Chiara, son mari et son fils avaient pu rencontrer le Pape Benoît XVI, informé de leur situation, et lui avaient remis une lettre; un moment très simple et «de grande consolation», avait témoigné Enrico, lors d’un entretien accordé à Radio Vatican, quatre mois après le décès de sa femme.

Une réputation de sainteté qui grandit

«Laïque et mère de famille, épouse et mère remplie de foi en Dieu, peut-on lire dans l’édit publié par le vicariat de Rome, son sacrifice reste comme un phare d’espérance, un témoignage de la foi en Dieu, l’Auteur de la vie, et un exemple de l’amour plus grand que la peur et la mort». Ce même document invite donc tous les fidèles à lui communiquer directement, ou à faire parvenir au tribunal diocésain, tous les éléments favorables ou contraires à la réputation de sainteté de Chiara Corbella, «qui n’a cessé de croitre ces dernières années». Ces écrits personnels seront également remis pour examen au même tribunal par le postulateur de sa cause.

18 juillet 2018, 16:37