Cerca

Vatican News
12 juillet 2018, l'opposition manifeste à Managua. 12 juillet 2018, l'opposition manifeste à Managua.  (AFP or licensors)

Nicaragua : le Pape invite l’Eglise à poursuivre le dialogue

Une église accueillant 200 jeunes opposants au président Ortega a été prise d'assaut ce samedi à Managua. Alors que se prolonge la répression, le cardinal Leopoldo Brenes, agressé lundi par des paramilitaires proches du pouvoir, affirme que les évêques continueront à défendre le dialogue national, selon le vœu du Pape.

Ce samedi 14 juillet, deux jeunes ont été tués d’une balle dans la tête lors d’une attaque lancée par les forces pro-gouvernementales contre une église qu’elles assiégeaient depuis vendredi soir à Managua, la capitale. Hier soir, à l’issue d’une manifestation contre le maintien au pouvoir de Daniel Ortega, près de 200 jeunes avaient trouvé refuge dans l’Église de la Divine Miséricorde située dans le sud-ouest de la capitale, près de l'Université nationale autonome. L’UNAN est considérée comme un des points de départ du mouvement de protestation contre le président et sa femme, vice-présidente.

Ce samedi, le cardinal Leopoldo Brenes, président de la Conférence épiscopale du Nicaragua, aurait demandé au gouvernement d'arrêter le massacre contre les personnes retranchées dans la paroisse. Avec le nonce dans le pays, Stanislaw Waldemar Sommertag, et une mission de l’Église, ils avaient prévu de se rendre ce samedi à l'église de la Divine Miséricorde pour tenter d'en faire sortir les étudiants.

Épisodes anti-catholiques

La semaine passée, à 42 km au sud de Managua, le cardinal Leopoldo Brenes et le nonce, ont été pris à partie et malmenés, avec d’autres évêques, par des partisans du président Ortega à l’intérieur même, de la basilique San Sebastian de Diriamba où s’étaient réfugiés 14 manifestants après de violents heurts ayant fait 14 morts dimanche dernier. À Masaya, un des épicentres des protestations, la police a utilisé des armes lourdes contre les manifestants, tuant au moins deux personnes. 

Les évêques resteront médiateurs

Dans ce contexte dramatique de répression et d’agressions anti-catholiques, l’épiscopat du Nicaragua a décidé, lors d’une réunion extraordinaire, de poursuivre leur médiation au sein du dialogue nationale, comme le leur a demandé le Pape.

Le Pape François a en effet encouragé les évêques du Nicaragua à «continuer le travail entrepris au service du dialogue» pour parvenir à une pacification et «à rester proches de la population en souffrance». Le président de la Conférence épiscopale l’a affirmé à TV 2000, la chaîne télévisée des évêques italiens. «Le dialogue est l’unique forme pour arriver à la pacification du pays». Le Pape François aurait également exhorté les évêques à «maintenir l’unité de la Conférence épiscopale» et prié pour que «nous puissions poursuivre notre mission», a expliqué le cardinal Brenes.

Très préoccupé par l’agression subie par les évêques, le Pape a demandé que soient respectés les droits humains de tous, rapporte le nonce Waldemar Stanislaw Sommertag. «Nous mettons de côté les menaces et nous nous en remettons à Dieu, qui est le Seigneur de l’Histoire, de la vie de chacun de nous», a-t-il poursuivi. 

Agressé, lui aussi, lundi dernier, l’archevêque de Managua avoue qu’«humainement, on peut avoir peur, mais que l’accompagnement de nos prêtres par la prière est une force constante» pour eux.

14 juillet 2018, 17:12