Version Béta

Cerca

Vatican News
Les élections générales ont lieu le 1er juillet et plus de 18.000 mandats sont en jeu dans le pays. Les élections générales ont lieu le 1er juillet et plus de 18.000 mandats sont en jeu dans le pays.  (AFP or licensors)

Présidentielle mexicaine: la tâche ardue de la «réconciliation»

À deux jours d’un scrutin présidentiel sous haute tension au Mexique, l’épiscopat du pays s’élève contre le degré de violence inédit qui a marqué la campagne électorale. Mgr Alfonso Miranda Guardiola, secrétaire général de la conférence épiscopale mexicaine (CEM), prend position dans une interview à la rédaction espagnole de Vatican News.

Griselda Mutual – Cité du Vatican

Aux 88 millions d’électeurs appelés aux urnes dimanche 1er juillet, Mgr Miranda Guardiola a tenu à adresser un appel «au discernement et à la responsabilité partagée».

Civisme et responsabilité, maîtres-mots

«Le droit de vote doit être exercé en paix, de manière civique et responsable, en évitant tout type de violence qui pourrait affecter ou assombrir cet acte citoyen», prévient-il, en amont du scrutin. Cette année, le vote de dimanche revêt en effet une signification particulière au regard des records de violences battus... Selon les médias locaux, près de 124 hommes politiques ont été assassinés depuis le lancement de la campagne en mars dernier. De nombreux prêtres, intellectuels et syndicats ont aussi été la cible de ces violences. 

Cet exercice démocratique doit donc résolument manifester la valeur et la dignité des Mexicains, enjoint le secrétaire général de l’épiscopat, indiquant exiger de chaque candidat un dialogue empreint de «hauteur, de respect et de dignité».

Le futur président devra quérir le consensus

Avant de livrer quelques pistes au futur président élu, qui succèdera à Enrique Peña Nieto: «Quiconque est élu doit chercher un consensus. Il devra chercher la réconciliation, éviter les polarisations qui affectent, endommagent et divisent notre pays, et chercher plutôt l'unité par le travail, ou encore la reconstruction du tissu social qui a été tellement endommagé en ce temps de campagne», a affirmé Mgr Miranda Guardiola.

Un mal complexe

Sachant que l’année 2017 a été la plus violente de ces vingt dernières années pour le pays d’Amérique centrale, Mgr Miranda Guardiola évoque aussi toute «la complexité» de ce mal endémique, qui semble intrinsèque au pays.

«En tant qu'Église, nous appelons la conscience de chaque Mexicaine et de chaque Mexicain afin que seuls des mots, des gestes ou des actions de réconciliation, de construction, de paix et de respect de la vie des autres, viennent de leur cœur», plaide-t-il, confiant pourtant ne «pas avoir de réponse» concernant les nombreuses causes et raisons de cette violence.

Après six années de présidence d’Enrique Peña Nieto et du PRI, le Parti de la révolution Institutionnelle, c’est bien le candidat de gauche Andres Manuel Lopez Obrador qui devrait l’emporter. Il devance pour l’instant son principal adversaire de plus de 20 points dans les derniers sondages. En cas de victoire, ce serait donc la première fois qu’un homme politique de gauche dirigerait le Mexique.

29 juin 2018, 16:21