Cerca

Vatican News
Le prêtre philippin Richmond Nilo. Le prêtre philippin Richmond Nilo. 

Nouvel assassinat d’un prêtre catholique aux Philippines

Le père Richmond Nilo est le troisième prêtre assassiné dans l’archipel en six mois.

Dimanche soir, le père Richmond Nilo a été abattu par deux hommes armés alors qu’il était en train de se préparer à célébrer la messe dans la chapelle Nuestra Senora de la Nieve, dans la ville de Saragozza. Il a été atteint de quatre tirs, et ses assassins n’ont pas encore été identifiés.

Selon la conférence épiscopale, le père Nilo est le troisième prêtre philippin assassiné depuis décembre 2017. Le père Mark Ventura avait été tué le 29 avril dernier alors qu’il est en train de bénir des enfants lors d’une messe dans la province de Cagayan. Le 4 décembre, le père Marcelito Paez avait été tué à Jaen après avoir contribué à la libération d’un prisonnier politique. Par ailleurs, il y a moins d’une semaine, un prêtre avait été blessé lors d’une fusillade dans la ville de Calamba.

Ce nouveau drame intervient dans un contexte particulièrement difficile pour l’Église catholique aux Philippines, confrontée à la politique ultra-répressive menée par le président Rodrigo Duterte, qui a mené à une certaine banalisation de la violence en autorisant et même en encourageant des exécutions sommaires par milliers, sous prétexte de lutte contre la drogue. Le chef de l’État philippin, pays pourtant très majoritairement catholique, a multiplié récemment les attaques verbales contre l’Église.

Un diocèse philippin dénonce la «persécution verbale» contre l'Église catholique

L’archidiocèse philippin de Lingayen-Dayupan demande officiellement dans un communiqué la fin des provocations verbales du président Duterte. «Implorons la grâce de Dieu pour qu’elle touche le cœur du président des Philippines, afin de stopper la persécution verbale contre l’Église catholique, car de telles attaques peuvent encourager inconsciemment plus de crimes contre les prêtres», écrit l’archevêque local, Mgr Socrates Villegas, par ailleurs président de l’épiscopat philippin, avec d’autres membres du clergé. «Ils sont en train de tuer notre troupeau. Ils sont en train de tuer les bergers. Ils sont en train de tuer notre foi», est-il écrit dans ce communiqué.

L’archidiocèse a décrété une “Journée de Réparation”, le 18 juin, huit jours après l’assassinat du père Nilo. Les prêtres qui célèbreront la messe devront porter un étole violette, en signe de pénitence, et le clergé comme les fidèles devront vivre une journée de jeûne et d’abstinence. «Toutes les cloches des églises devront sonner pendant quinze minutes à six heures du soir le 18 juin, pour commémorer le moment auquel le frère Richmond Nilo a été tué», est-il précisé.

12 juin 2018, 17:15