Cerca

Vatican News
Mgr Joseph Coutts archevêque de Karachi , sera élevé au cardinalat le 29 juin 2018. Mgr Joseph Coutts archevêque de Karachi , sera élevé au cardinalat le 29 juin 2018.  

Mgr Joseph Coutts, défenseur des minorités religieuses au Pakistan

L'archevêque de Karachi sera élevé à la pourpre cardinalice le 29 juin 2018. Il sera le deuxième archevêque pakistanais à être nommé cardinal.

Le Pape François a annoncé dimanche 20 mai, au terme de la prière du Regina Coeli, la création de 14 nouveaux cardinaux. Parmi eux, l’archevêque de Karachi Mgr Joseph Coutts sera élevé à la pourpre le 29 juin. Mgr Joseph Coutts sera le deuxième archevêque pakistanais à être nommé cardinal après le cardinal Joseph Cordeiro, décédé en 1994.

 

Mgr Joseph Coutts est né le 21 juillet 1945 à Amritsar, en Inde. Après avoir été au séminaire du Christ-Roi de Karachi et avoir effectué des études à Rome, il a été ordonné prêtre le 9 janvier 1971 à Lahore. Il a ensuite été nommé évêque coadjuteur d'Hyderabad, le 5 mai 1988. Dix ans plus tard, le Pape Jean-Paul II le nommait évêque du diocèse de Faisalabad, où il a été installé le 25 septembre 1998. Il a succédé à Mgr John Joseph qui s'était volontairement donné la mort, le 6 mai 1998, devant le tribunal de Sahiwal, près de Faisalabad, pour protester contre le jugement porté par la cour contre Ayub Masih, chrétien condamné à la pendaison pour blasphème à l'encontre du prophète de l'islam Mahomet.

Le 25 janvier 2012, il est nommé par le Pape Benoît XVI archévêque de Karachi en remplacement de Mgr Evarist Pinto.

Un engagement œucuménique et pacifique

Ce prélat de 72 ans, directeur de la Caritas au Pakistan, est activement impliqué dans le dialogue interreligieux et dans la défense des minorités. Pour son engagement œucuménique et pacifique, il a notamment reçu en 2013 le Prix Paul VI de la Bonté.

 

De nombreuses églises ont été attaquées ces quinze dernières années. La principale source d’inquiétudes pour les chrétiens dans le pays est la loi 295-C du code pénal, loi contre le blasphème, qui prévoit la peine capitale pour offense au prophète Mahomet et la prison à perpétuité si l’offense est dirigée contre le Coran, livre saint des musulmans. Soutien actif des victimes de cette loi,  comme dernièrement Asia Bibi ou Patras Masih, il est lui-même fréquemment menacé de mort.

21 mai 2018, 13:05