Version Béta

Cerca

VaticanNews
Le débat sur le référendum constitutionnel prévu le 17 mai au Burundi devrait permettre au président Pierre Nkurunziza de rester au pouvoir jusqu'en 2034. Le débat sur le référendum constitutionnel prévu le 17 mai au Burundi devrait permettre au président Pierre Nkurunziza de rester au pouvoir jusqu'en 2034.  (AFP or licensors)

Au Burundi, l'Église avertit contre la désunion avant le référendum sur la Constitution

L’inquiétude grandit au Burundi à l’approche du référendum du 17 mai sur la modification de la Constitution.

Entretien réalisé par Olivier Bonnel - Cité du Vatican

La campagne pour le référendum s’est ouverte mardi 1er mai dans le pays. Au total 26 partis, en très grande partie proches de la formation au pouvoir, le CNDD-FDD, ont été autorisés à faire campagne. Ce référendum devrait permettre au président Pierre Nkurunziza de se maintenir au pouvoir jusqu’en 2034.

L’Église burundaise elle, met en garde contre le climat de peur dans lequel sont plongés de nombreux habitants, qui les empêche de dire librement ce qu’ils pensent. 

Nous avons interrogé Mgr Joachin Ntahondereye, le président de la conférence épiscopale du pays. Il revient sur le sens de cette prise de position mais aussi les défis de l’unité dans un pays où 400 000 personnes se sont exilées ces trois dernières années. 

Entretien avec Mgr Joachin Ntahondereye, président de la conférence épiscopale burundaise
03 mai 2018, 17:03