Version Béta

Cerca

VaticanNews
Des militaires sud-coréens préparent le sommet intercoréen du 27 avril dans le village de Panmunjom au nord de Séoul en Corée du Sud, le 26 avril 2018. Des militaires sud-coréens préparent le sommet intercoréen du 27 avril dans le village de Panmunjom au nord de Séoul en Corée du Sud, le 26 avril 2018.  (ANSA)

Sommet intercoréen: sept chefs religieux de la péninsule appellent au «printemps de la paix»

À la veille du sommet historique entre les deux Corée le 27 avril, Mgr Kim Hee-joong, archevêque de Gwangju en Corée du sud, président de l’épiscopat coréen, mais aussi président de la Conférence coréenne des religions pour la paix qui réunit toutes les confessions de la péninsule, a accordé un long entretien à l’agence italienne SIR. ll revient sur ses espoirs et l’inauguration d’un «printemps de la paix», aboutissement des récents réchauffements diplomatiques.

Delphine Allaire – Cité du Vatican 

Le conflit entre les deux Corée dure depuis 70 ans, il est temps d’y mettre fin. Telle est la position de Mgr Kim Hee-joong, en cette veille de rencontre historique dans le petit «village de la trêve»  de Panmunjom en Corée du Sud, entre entre Moon Jae-in et Kim Jong Un.  

La rencontre du 27 avril couplée à celle du mois de mai entre Kim Jong Un et Donald Trump, ouvrira un nouvel horizon de paix, non seulement pour la péninsule coréenne, «mais aussi pour tout le continent asiatique et le monde entier», espère l’archevêque sud-coréen.

Les responsables religieux aux avant-postes du dialogue pour la paix

Les attentes sont donc immenses. En témoigne l’appel commun des leaders des sept grandes religions du pays lancé dans un communiqué le 24 avril. «La péninsule coréenne, autrefois arène de rivalité entre les superpuissances peut être transformée en une terre de paix et de dialogue», écrivent-ils au nom de la Conférence coréenne des religions pour la paix (KCRP), à la pointe des démarches pacificatrices entre les deux Corée depuis quelques années déjà.

Les leaders religieux coréens saluent de même la décision prise Kim Jong-Un le 21 avril dernier de cesser les essais nucléaires et les tests de missiles intercontinentaux. Enfin, ils ont tenu à appeler les gouvernements chinois, russe et japonais à soutenir tous les prochains sommets et toutes les futures initiatives pour la paix. 

Cette déclaration forte de coopération interreligieuse de la KCRP a été signée de la main de son président, Mgr Kim Hee-joong, mais également du révérend Lee Hong-jung, secrétaire général du Conseil national des Eglises de Corée, du bouddhiste Seol Jeong, du révérend Han Eun-sook pour le Won Bouddhisme, de Kim Young-geun pour le confucianisme, de Lee Jung-hee pour le cheondoïsme, et enfin par Park Woo-gyun de l’association des religions autochtones coréennes.

26 avril 2018, 12:17