Version Béta

Cerca

VaticanNews
Les deux leaders coréens se retrouvent à Panmunjom Les deux leaders coréens se retrouvent à Panmunjom  (ANSA)

Père Blot, missionnaire en Corée: «La réconciliation doit être durable»

Le monde a les yeux rivés ce vendredi vers la péninsule coréenne. Le président du nord Kim Jong-Un et son homologue du sud Moon Jae-In se retrouvent sur la ligne de démarcation militaire qui divise la péninsule depuis 1953. Moon Jae-In a accueilli symboliquement son visiteur sur la ligne en béton qui marque la frontière entre les deux voisins. Ils l'ont franchie mains dans la main.

Entretien réalisé par Olivier Bonnel - Cité du Vatican

C’est un sommet historique au niveau du 38ème parallèle. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un rencontre son homologue du Sud, Moon Jae-in, ce vendredi au sud de la DMZ, la frontière la plus militarisée au monde. Sous les crépitements des appareils photo, Kim Jong Un et Moon Jae in se sont serrés la main longuement, mais l’image forte de ce vendredi matin fut de voir ces deux hommes souriant, l’héritier né pour régner du nord et le fils de réfugiés du sud ne se lâchant pas la main pour traverser la frontière qui sépare leur deux pays et un même peuple depuis 1953.

Kim Jong-Un est devenu le premier leader nord-coréen à fouler le sud depuis 65 ans. Ce sommet destiné à sceller une réconciliation s’inscrit après des semaines de réchauffement entre le Sud et le Nord, marqué notamment par les Jeux Olympiques de Pyongchang au mois de février. 

Cette réconciliation a été encouragée par le Pape François ce mercredi 25 avril. Le Pape a évoqué la perspective «d’une fraternité retrouvée afin de garantir la paix dans la péninsule coréenne et le monde entier ».  Le père Philippe Blot est prêtre des Missions Etrangères de Paris (MEP) et vit en Corée depuis 1990. Depuis de longues années il vient en aide aux réfugiés nord-coréens, les aidant à traverser clandestinement la frontière chinoise. Il est aussi responsable de trois maisons d’accueil pour les enfants issus de familles recomposées et d’un centre qui accueille des enfants réfugiés de Corée du Nord. 

 

Le père Blot vit dans le diocèse de Suwon, au sud de Séoul. Il revient sur l’espoir que suscite cet sommet intercoréen auprès de la population, un espoir bien réel mais prudent. Pour lui cette réconciliation est nécessaire pour un peuple unique, séparé artificiellement par l’histoire. L’Église locale, explique-t-il prie beaucoup pour que cette rencontre intercoréenne amorce enfin une réconciliation véritable.

 

Entretien avec le père Philippe Blot, missionnaire en Corée du Sud
26 avril 2018, 15:38