Cerca

Vatican News
Photo d'illustration Photo d'illustration  (Vatican Media)

Les religieuses en première ligne dans les zones de guerre

Un colloque organisé ce mercredi par l’ambassade des Etats-Unis près le Saint-Siège et l’Union des supérieures générales met en lumière le rôle discret mais efficace des religieuses qui s’impliquent sur le terrain pour venir en aide aux personnes les plus vulnérables.

Philippa Hitchen et Xavier Sartre- Cité du Vatican

Elles sont les premières à le reconnaitre, mais peu importe, car pour elles, l’essentiel est leur mission: les religieuses accomplissent un travail de l’ombre en faveur des plus pauvres, des plus faibles, des exclus, particulièrement dans les pays en guerre. Mais leur tâche, elles la mènent aussi au cœur des sociétés en paix.

Sœur Carmen Bandeo, des Sœurs missionnaires de l’Esprit-Saint, en Argentine,  a ainsi travaillé en prison. «J’ai vu comment notre présence avait redonné de la dignité aux détenus ou bien aux victimes du trafic d’êtres humains ou encore aux femmes qui se retrouvent à vivre en prison ou dans d’autres centres de détention avec leurs enfants. Ce sont nous, les femmes, qui leur redonnons de la dignité. En même temps, nous avons doté la possibilité aux gardes de prison et aux agents de police de redécouvrir que même ces personnes sont des êtres humains. Même ceux qui vivent derrière les barreaux est un être humain. Notre travail sert donc à rétablir cette relation entre les deux parties», témoigne-t-elle.

Pour améliorer leur travail, ces religieuses aimeraient bien être plus écoutées, et ne pas être seulement des personnes que nous sommes habitués à voir. Car leur but, ce n’est pas tant la reconnaissance que la poursuite de la paix.

Le compte-rendu de Xavier Sartre
11 avril 2018, 15:41