Version Béta

Cerca

VaticanNews
En Grande-Bretagne, des bougies en l'honneur de Alfie Evans, 22 mois, atteint d'une maladie neurodégénérative. Photo d'illustration. En Grande-Bretagne, des bougies en l'honneur de Alfie Evans, 22 mois, atteint d'une maladie neurodégénérative. Photo d'illustration.   (AFP or licensors)

Bioéthique: le père Saintôt invite à faire le lien entre les différentes éthiques

En France, les États Généraux de la bioéthique se poursuivent. L'Église participe activement aux discussions en proposant des pistes de réflexions. Parmi les thèmes abordés, la fin de vie, la PMA, la GPA ou la recherche embryonnaire.

Quel monde voulons-nous pour demain? C’est autour de cette question que se poursuivent les États généraux de la bioéthique en France. Ouverte en janvier dernier, cette vaste consultation entend recueillir l’opinion de la société française sur plusieurs thèmes tels que l’intelligence artificielle, la fin de vie, la procréation médicalement assistée (PMA), la gestation pour autrui (GPA) ou encore la recherche sur l’embryon.

Ces États généraux sont organisé par le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) et prévoit, d’ici au 7 juillet prochain, une soixantaine de débats qui doivent éclairer les responsables politiques qui porteront la révision de la loi à la fin de l’année 2018.

L’Église de France participe activement aux débats. Le groupe de travail bioéthique des évêques de France a notamment préparé des fiches de réflexion sur différents thèmes abordés.

Son action a été saluée par Mgr Paglia, qui a évoqué le «service excellent» du groupe de travail en France. Le président de l’Académie pontificale pour la Vie a accueilli, ce mardi 17 avril 2018, plusieurs membres de ce groupe pour participer à une journée d’étude, la première du genre. Parmi eux: le père Bruno Saintôt, jésuite, responsable du département éthique biomédicale du Centre Sèvres, à Paris. Il revient sur l’importance d’une approche interdisciplinaire tenant compte de la dignité de la personne.

Entretien avec le père Saintôt, département bioéthique du Centre Sèvres
19 avril 2018, 09:36