Version Béta

Cerca

Vatican News
Messe à la cathédrale de Sarajevo, le 4 mars 2018. Messe à la cathédrale de Sarajevo, le 4 mars 2018.  (AFP or licensors)

Les évêques bosniens s’inquiètent de l’émigration des jeunes

La Bosnie-Herzégovine perd chaque année de nombreux habitants, qui partent tenter leur chance dans d’autres pays européens.

«Peu d’enfants naissent en Europe, les pays vieillissent et ont besoin de main d’œuvre. Ils attirent ainsi des personnes des pays de l’Est et des Balkans, mais qui reste ?» Cette interrogation est lancée par le cardinal Vinko Puljic, archevêque de Sarajevo, qui a exprimé son inquiétude face au nombre de fidèles qui cherchent un futur meilleur en dehors de la Bosnie-Herzégovine.

Le cardinal s’exprimait en conclusion de la 72e Assemblée plénière des évêques de Bosnie-Herzégovine, tenue du 20 au 21 mars à Mostar. «Peut-être que nous n’aimons pas assez notre terre, a ajouté le cardinal Puljic. Même ceux qui étaient prêts à mourir pour cette terre sont maintenant disposés à la laisser», a-t-il regretté. Le problème de l’émigration a été longuement débattu durant la plénière des évêques et une rencontre spécifique sur ce thème se tiendra fin avril à Travnik, avec des représentants des différents diocèses.

«C’est un problème complexe», a reconnu l’évêque de Mostar, Mgr Ratko Peric, «et en tant qu’Église nous faisons ce que nous pouvons, mais nous ne sommes pas en mesure de nous substituer à ce que devrait faire l’État». Pour la seule Herzégovine, les statistiques montrent que 5000 fidèles ont émigré au cours de l’année 2017.

Concernant la situation politique et sociale du pays, et en vue des prochaines élections, prévues le 7 octobre, les évêques de Bosnie-Herzégovine espèrent que toutes les autorités et les politiques mettront au centre de leurs efforts le service aux personnes, en assurant à tous dignité, égalité des droits et respect pour les libertés fondamentales.

22 mars 2018, 18:36