Version Béta

Cerca

Vatican News
Chemin de Croix au Colisée- vendredi 14 avril 2017. Chemin de Croix au Colisée- vendredi 14 avril 2017.  (Vatican Media)

Chemin de Croix au Colisée : l’intériorité des jeunes d’aujourd’hui

Dans les quatorze stations du Chemin de Croix du Colisée, les jeunes auteurs, coordonnés par le professeur Andrea Monda, ont imaginé être les témoins oculaires de la Passion du Christ. Douze jeunes filles et trois jeunes garçons laissent apparaitre leurs interrogations sur le monde dans lequel ils vivent lors d’une conversation avec Jésus.

Les lycéens chargés par le Pape François de rédiger cette année les méditations du Chemin de Croix les ont conçues comme des expériences vécues à projeter dans notre monde contemporain. Jésus devient ainsi, en acceptant la croix, celui qui montre l’exemple à ceux qui éprouvent des difficultés à mener à bien les missions qui leur sont confiées. Il permet de comprendre, en tombant à terre, qu’il est toujours possible de se relever. La rencontre avec Simon de Cyrène est l’exemple d’une «rencontre inattendue» où se cache «l’opportunité d’aimer, de reconnaitre le meilleur dans son prochain, même quand il semble différent».

L’intériorité des jeunes auteurs

Ces méditations sont la démonstration de la capacité de leurs auteurs à l’introspection et à entrer en dialogue avec les générations à venir. Les paroles de Jésus aux femmes de Jérusalem sont perçues selon leur signification la plus profonde. Les paroles franches et directes de Jésus sont à l’opposé des précautions actuelles qui confinent à l’hypocrisie et qui, en fin de compte, laissent chacun face à son propre destin, sans se soucier du bien des uns et des autres. Jésus parle aux femmes «comme un père». Ses mots sont «paroles de vérité et arrivent immédiatement avec comme unique but la correction, non le jugement».

Les migrants d’aujourd’hui souffrent comme le Christ

Jésus dépouillé est comme «un jeune migrant, corps détruit qui arrive sur une terre trop souvent cruelle, prête à lui enlever ses vêtements, son unique bien, et à les vendre, le laissant ainsi seul avec sa croix, comme la tienne, avec sa seule peau martyrisée, comme la tienne, avec ses seuls yeux remplis de douleur, comme les tiens».

Les jeunes à l’heure d’internet

Dans ces méditations, il y a aussi la vie quotidienne des jeunes. Tout ce que Jésus a fait est un enseignement pour les temps modernes. Le Christ a eu «la force de supporter le poids d’une croix, de ne pas être cru, d’être condamné» pour ses «mots dérangeants». Aujourd’hui, nous ne parvenons pas à digérer une critique, comme si chaque phrase était prononcée pour nous blesser. Dans le monde d’internet qui est le nôtre, «nous sommes tellement conditionnés par tout ce qui circule sur le réseau que parfois je doute de mes propres paroles» confient ainsi les jeunes auteurs. Or les paroles de Jésus sont différentes, «elles sont fortes dans ta faiblesse». «Tu nous as pardonnés, tu nous as enseigné à tendre l’autre joue et tu es allé au-delà, jusqu’au sacrifice totale de ta personne. Je regarde autour de moi et je vois des yeux fixés sur l’écran du téléphone, occupés sur les réseaux sociaux à souligner chaque erreur des autres sans possibilité de pardon. Des hommes qui, en proie à la colère, hurlent qu’ils se haïssent pour les motifs les plus futiles

24 mars 2018, 16:28