Version Béta

Cerca

VaticanNews

Le Colisée s’illumine en rouge pour les chrétiens persécutés

Le monument le plus célèbre de Rome, le Colisée, s'est illuminé en rouge, samedi 24 février, en signe de solidarité avec tous ceux qui sont persécutés pour leur foi.

Philippa Hitchen – Cité du Vatican

A 18h, à Rome, le Colisée est devenue rouge sang. Au même moment, en Syrie, la cathédrale maronite de Saint-Élie, dans la ville d'Alep déchirée par la guerre, et l'église Saint-Paul dans la ville irakienne de Mossoul, se sont également illuminées en rouge, symbolisant le sang des nombreux martyrs chrétiens.

L'événement est organisé à l'initiative de l'Aide à l'Église en Détresse, la fondation pontificale qui soutient les chrétiens souffrants dans plus de 140 pays à travers le monde. Dans la capitale italienne, deux familles qui ont été ciblées pour leur foi chrétienne sont venues témoigner: le mari et la plus jeune fille d'Asia Bibi du Pakistan, condamnée à mort en 2010, et la Nigériane Rebecca Bitrus qui a passé deux ans en otage du groupe terroriste Boko Haram.

La fille d'Asia Bibi, Eisham Ashiq, a confié que toute sa famille pensait qu'elle sera bientôt libérée de prison. Ils devront alors quitter le Pakistan immédiatement, car la sécurité d’Asia ne peut être garantie.

La famille appelle le président à lui accorder sa grâce. Elle rencontrera le Pape François samedi matin au Vatican pour lui demander de prier pour sa liberté.

En dépit de son épreuve aux mains de Boko Haram, Rebecca Bitrus, la jeune Nigériane, a affirmé n’avoir jamais perdu sa confiance en Dieu. Pas même quand son fils d'un an a été tué, ou quand elle a été torturée et violée, ce qui a entraîné la naissance d'un autre enfant. Quand elle a finalement réussi à s'échapper, elle a raconté que beaucoup de gens l'avaient exhortée à se débarrasser de l'enfant. Mais avec l'aide des dirigeants locaux de l'Église, elle a appris à accepter, et même à aimer, le fils de ses ravisseurs. Elle exhorte ainsi les autres femmes retenues en otage au Nigeria à continuer à faire confiance au Seigneur, et elle veut demander au Pape François s'il est possible de pardonner vraiment à ceux qui causent tant de peine et de souffrance.

Il y a 2 000 ans, des chrétiens ont été torturés et tués au Colisée pour avoir refusé de renoncer à leur foi. Dans de nombreux pays du monde, cette pratique se poursuit aujourd'hui, avec plus de 3 000 martyrs chrétiens recensés en 2017. Alors que leurs histoires font rarement la une des journaux, les organisateurs espèrent que cet événement au Colisée fera entendre leur voix et mettra un terme à l'indifférence qui entoure leur sort.

23 février 2018, 18:16