Cerca

Vatican News
Des forêts dans le Sahel, près du Mali. Des forêts dans le Sahel, près du Mali.  

La Fondation Jean Paul II pour le Sahel, la charité pour le désert

Du 19 au 23 février 2018, à Dakar (Sénégal), le conseil d’administration de la Fondation Jean Paul II pour le Sahel s’est réuni pour dresser un bilan des activités et des projets de cette association qui œuvre contre la désertification et pour le développement.

Entretien réalisé par Delphine Allaire – Cité du Vatican

«Tous. je vous en prie, écoutez cet appel. Écoutez ces voix du Sahel». C’est par ces paroles qu’en 1980, le Pape Jean Paul II décide d’éveiller les consciences sur une des régions les plus pauvres de la planète: le Sahel, cette bande de l'Afrique coincée entre le Sahara au nord et les savanes soudanaises au sud.

Le 22 février 1984, la Fondation voit donc le jour et sa gestion est confiée à neuf évêques du Sahel. Elle est co-financée par les conférences épiscopales allemandes et italiennes. 

En présence des représentants du dicastère pour le Service du développement humain intégral et de Mgr Benjamin N’Diaye, archevêque de Dakar, cette rencontre au Sénégal des responsables de la fondation, a permis de faire le point sur les projets réalisés dans la zone, durement touchée par la sécheresse, l’infertilité des terres, la famine et la misère.

Le commerce lucratif des migrations en ligne de mire

En 2017, l’œuvre de la fondation s’est consacrée essentiellement aux migrations des jeunes, devenues «objet de commerce entre les mains d’hommes sans foi ni loi». Ce nouvel esclavage moderne a interpellé la fondation qui a par ailleurs annoncé un nouvel apport financier. La Pax Bank, banque coopérative catholique basée à Rome, Jérusalem et en Allemagne, collaborera désormais avec l’institution.  

Les effets néfastes du changement climatique, dont l’accentuation de la sécheresse avec l’arrêt prématuré de la saison des pluies, ont également préoccupé la fondation durant l’année écoulée.

Dans un communiqué paru au terme de la réunion du conseil d’administration le 23 février, son président, Mgr Lucas Kalfa Sanou, l’évêque de Banfora (Burkina Faso), a tenu à rappeler l’importance du dialogue œcuménique et de la centralité de la personne humaine dans le processus des décisions internationales.

Pour la partie française, Eric Des Grottes a fondé il y a trois ans l’association des Amis de la fondation Jean Paul II pour le Sahel. Il était présent à la réunion annuelle à Dakar. Il nous raconte les perspectives et les espoirs que la fondation nourrie pour la région.

Entretien avec Eric des Grottes, président de l’association des Amis de la Fondation Jean Paul II pour le Sahel
23 février 2018, 15:56