Version Béta

Cerca

VaticanNews
Selon Persecution Relief, le pays avait connu en 2016 348 attaques contre des chrétiens. Selon Persecution Relief, le pays avait connu en 2016 348 attaques contre des chrétiens. 

En Inde, les attaques contre les chrétiens ont doublé en un an

736 attaques hindoues contre des chrétiens ont été répertoriées en 2017 par le forum œcuménique Persecution Relief. Une hausse des persécutions religieuses que les responsables chrétiens mettent en relation avec l'arrivée au pouvoir du Bharatiya Janata Party, le «parti du peuple indien».

Joris Bolomey, avec agences - Cité du Vatican

Avec la montée du nationalisme hindou, le sentiment de sécurité ne cesse de diminuer chez les minorités religieuses en Inde. C’est le constat de l’organisation œcuménique Persecution Relief. Dans un rapport rendu public le 20 février, cette association a relevé 736 attaques contre des chrétiens, contre 348 en 2016. Ces incidents vont des attaques verbales et physiques contre des prêtres, des pasteurs ou des fidèles, aux destructions de bâtiments religieux.

Les persécutions ont surtout augmenté dans les États où le parti nationaliste Bharatiya Janata Party (BJP), "le Parti du Peuple Indien" est arrivée au pouvoir. Depuis les élections de décembre 2017, le BJP, la formation du Premier ministre Narendra Modi, gouverne avec ses alliés dans 19 des 29 États indiens. Près de 57% des incidents ont eu lieu dans les États de l’Uttar Pradesh, du Madhya Pradesh, du Tamil Nadu et du Chhattisgarh. Et des incidents ont été relevés dans 24 des 29 États indiens. C’est au nord du pays, dans  l’Uttar Pradesh, où Yogi Adityanath, moine hindou extrémiste du BJP est au pouvoir, qu’a été enregistré le plus grand nombre d’incidents, qui s’élève à 69 en 2017 contre 39 en 2016.

Selon le pasteur Anil Andrias, missionnaire dans l’Uttar Pradesh cité par l'agence d'information catholique Ucanews, depuis l’arrivée de Yogi Adityanath, cet État est devenu dangereux pour les chrétiens parce que les groupes hindouistes se savent soutenus par le gouvernement. Et selon lui, «les difficultés que les chrétiens vont devoir surmonter risquent de se multiplier si le parti au pouvoir remporte également les élections nationales de 2019». 

Face aux attaques, difficile pour les chrétiens de faire entendre leur voix auprès des autorités du pays. «L’appareil d’État est utilisé sans vergogne pour persécuter les chrétiens. Les fondamentalistes violentent les chrétiens puis utilisent la police pour les persécuter davantage. Cela se passe tous les jours», explique Shibu Tomson Thomas. La plupart des plaintes déposées par les victimes se retournent contre elles selon lui. «Si les charges de sédition sont prouvées, l’accusé peut se voir condamner à finir sa vie en prison», déplore-t-il.

Des accusations que rejette Sheela Santiago. Cette catholique et membre dirigeante du BJP dans l’État de Madhya Pradesh, assure que son parti n’est impliqué dans aucune attaque contre des chrétiens. Si elle reconnaît que «certains groupes hindous extrémistes» ont participé à des incidents, «le BJP est un parti national qui travaille au service de tous, sans aucune discrimination» affirme-t-elle.

21 février 2018, 12:47