Cerca

Vatican News
Depuis plusieurs années, les minorités religieuses sont dans le viseur des nationalistes hindous, dont le principal parti, le BJP, est au pouvoir depuis 2014. Depuis plusieurs années, les minorités religieuses sont dans le viseur des nationalistes hindous, dont le principal parti, le BJP, est au pouvoir depuis 2014.  (AFP or licensors)

En Inde, le pluralisme religieux menacé

Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’Œuvre d’Orient, évoque la situation difficile vécue par les communautés chrétiennes dans certains États de l’Inde.

Entretien réalisé par Manuella Affejee - Cité du Vatican

C’est une visite d’une dizaine de jours que vient d’effectuer Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’Œuvre d’Orient, dans l’État du Kerala, auprès des communautés syro-malabare et syro-malankare, des Églises orientales catholiques indiennes, qui présentent un réel dynamisme ecclésial et missionnaire.

Mais le sentiment de sécurité dont jouissent ces communautés n’est pas partagé dans toute l’Inde. Dans plusieurs autres États du pays, comme l’Uttar Pradesh, le Madyah Pradesh, le Maharastra, ou le Rajasthan, les actes d’intimidations et les attaques contre les chrétiens et musulmans se multiplient. Depuis plusieurs années déjà, les minorités religieuses sont dans le viseur des nationalistes hindous, dont le principal parti, le BJP, est au pouvoir depuis 2014. Ces minorités sont en effet considérées par certains groupuscules comme des «corps étrangers» au pays, potentiellement dangereux pour son identité hindoue.

Ce discours préoccupe les évêques indiens, qui appellent les autorités à préserver, coûte que coûte, le pluralisme religieux et l’harmonie de la société. Mgr Pascal Gollnisch analyse ces préoccupations, revenant sur sa visite dans le Kerala.

Entretien avec Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l'Œuvre d'Orient
23 janvier 2018, 16:06