Cerca

Vatican News
Des détenues de la prison de San Joaquin finissent les préparatifs pour la venue du Pape François. Des détenues de la prison de San Joaquin finissent les préparatifs pour la venue du Pape François.  (AFP or licensors)

Chili et Pérou se préparent à la venue du Pape

Il ne manque que trois semaines avant la visite apostolique du Pape au Chili et au Pérou du 15 au 21 janvier 2018. Ces deux pays semblent prêts à accueillir François qui fera son 22e voyage apostolique, le sixième en Amérique latine.

Joris Bolomey - Cité du Vatican

Au Chili, quelque 19 000 personnes se sont inscrites comme bénévoles pour aider à l’organisation du voyage du Saint-Père dans les villes de Santiago, Iquique et Temuco du 15 au 18 janvier 2018, a indiqué la Commission nationale spécialement créée pour la visite du Pape François.

«Être bénévoles pour le Pape constitue une invitation à être constructeurs d’une Église plus belle et d’un monde meilleur» confie à l’agence Fides Francisca José Miranda, l’une de ces volontaires. «Je suis motivée pour servir avec joie sur le lieu où je devrai travailler et j’espère qu’après la visite du Saint-Père, le Chili ne sera plus le même», déclare la bénévole. Comme en échos à ces paroles, la présidente sortante Michelle Bachelet avait déclaré que «la visite du Souverain pontife au Chili constituera un espace de rencontre et de réflexion pour le monde catholique et également pour l’ensemble du pays».
Le comité organisateur chilien a expliqué que les derniers détails de cette visite, des répétitions de la chorale à la construction des 4.500 m2 de podium où se trouveront des centaines de prêtres et d’évêques, sont sur le point d’être réglés.

 

Rencontre avec des femmes incarcérées

Au centre pénitentiaire pour femmes de San Joaquin, à Santiago du Chili, l’heure est aussi aux derniers préparatifs pour les 620 détenues que le pape François a prévu de rencontrer le 16 janvier dans l’après-midi. Depuis des mois, les détenues affichant une bonne conduite sont chargées d'élaborer des petits bracelets jaunes qui, une fois bénis, seront répartis dans toutes les prisons pour femmes du pays à quelque 3 900 détenues.
«Je suis fière, contente, impatiente et je sais que nous allons toutes pleurer quand nous verrons le Pape», explique à l’Afp, Viviana Berrios, tout en fabriquant avec ses camarades des bracelets. La visite du Pape nourrie également les espoirs de la sœur Nelly Leon, chargée depuis 13 ans de la coordination de l'activité pastorale de la prison. «Le Pape a parlé de l'Église qui doit sortir pour accompagner les périphéries et ici, c'est une périphérie de l'existence, où sont privées de liberté les pauvres parmi les pauvres», témoigne-t-elle. 

 

Prière avec les Mapuches

Le Pape François a également prévu de prier avec des représentants de la communauté aborigène mapuche lors de sa visite au Chili. La cérémonie aura lieu le 17 janvier à Temuco et vingt-trois membres de la communauté autochtone y participeront.  Dans une lettre remise au Pape François en octobre dernier, des représentants en Europe du peuple mapuche avaient exprimé le souhait d’entendre de sa part des paroles différentes du classique appel à la paix. «Nous espérons de votre part une déclaration emphatique sur la nécessité de compensation pour les dommages causés au peuple mapuche, à son patrimoine territorial et culturel, de manière à atteindre une paix stable et durable, basée sur la vérité et la justice» écrivaient-ils dans le document cité par le site d’information suisse cath.ch. 

En ce qui concerne de possibles manifestations à Temuco, Patricio Trujillo, responsable de la messe dans cette ville a déclaré à l’agence espagnole Efe que l'Église «est calme», parce que «le peuple mapuche est en général un peuple de paix, de rencontre et d'union», et que «les difficultés viennent des groupes minoritaires».

 

Une Garde du Pape de 20 000 jeunes

Au Pérou, où le Saint-Père sera du 19 au 21 janvier, l'évêché de Lima a annoncé la mise en place d'une Garde du Pape, composée de 20 000 jeunes, afin d'assurer le bon fonctionnement de la visite du Souverain pontife. Ils devront notamment aider les personnes venues assister aux grands rassemblements organisés dans les villes de Lima, Trujillo et Puerto Maldonado. Selon le site d’information gestion.pe, 1 million 200 000 personnes sont attendues le 21 janvier sur la base aérienne de Las Palmas, où le Pape célèbrera la messe. Environ 120 écrans géants seront alors mis en place pour permettre à chacun de suivre la célébration.

Le pays a également mis l’accent sur les moyens sécuritaires et sanitaires. Afin que les situations d’urgence puissent être traitées, 1 200 professionnels de santé seront mobilisés précise la chaîne de télévision péruvienne privée América-Tv et plus de 1 000 personnes effectueront des travaux de nettoyage et d'entretien dans le district, pendant et après la messe du Pape François. À Lima, 3 000 policiers ont également suivi une formation afin de garantir la sécurité du Pape

Ce voyage apostolique sera le 22e de son pontificat, et le 6e en Amérique latine, après ceux effectués au Brésil en juillet 2013, en Équateur, en Bolivie et au Paraguay en juillet 2015, à Cuba en septembre 2015, au Mexique en février 2016 et en Colombie en septembre 2017. Il ne s'est toutefois pas encore rendu en Argentine, son pays d'origine. 

28 décembre 2017, 16:56