Version Béta

Cerca

VaticanNews
Distribution de cigarettes dans une prison française par le secours catholique, le 14 décembre 2017. Distribution de cigarettes dans une prison française par le secours catholique, le 14 décembre 2017.  (AFP or licensors)

Autobiographie posthume d'une grande figure de l’Eglise martyre de Roumanie

Dix-neuf ans après sa mort, le récit autobiographique de Mgr Ioan Ploscaru a été traduit et publié en français. Dans cet ouvrage intitulé 'Chaînes et terreur : un évêque dans les geôles communistes', l’évêque de l’Eglise gréco-catholique roumaine raconte ses quinze années d’emprisonnement lors de la période communiste.

Manuella Affejee

C’est un témoignage exceptionnel qui vient d’être publié pour la première fois en France : Chaînes et terreur : un évêque dans les geôles communistes, aux Editions Salvator, est le récit autobiographique posthume de Mgr Ioan Ploscaru, décédé en 1998, à l’âge de 87 ans.

Durant la période communiste, cet évêque de l’Eglise gréco-catholique roumaine, -que le régime en place s’était jurée d’abattre-, refusa, à l’instar de plusieurs de ses confrères, d’intégrer l’Eglise orthodoxe et de rompre ainsi les liens avec Rome. Pour cela, il fut emprisonné durant 15 ans.

Ce livre est donc le récit de ces années de détention, de tortures quotidiennes, d’humiliations, de solitude, de doutes parfois, mais aussi et surtout de foi, de miséricorde et d’espérance.

Mgr Gérard Defois, archevêque émérite de Lille, a connu personnellement Mgr Ploscaru ; il a d’ailleurs signé la préface de cet ouvrage. Interrogé par Manuella Affejee. Il revient sur la persécution menée à l’encontre de l’Eglise gréco-catholique de Roumanie, et évoque la force du message de l’évêque-martyr.

Entretien avec Mgr Defois, archevêque émérite de Lille, qui connut personnellement Mgr Ploscaru

Ordonné prêtre en 1933, Mgr Ploscaru avait reçu la consécration épiscopale en 1948, mais n’avait pu être nommé évêque résidant. Il n’a finalement pu être installé sur le siège de Lugoj qu’à la chute du dictateur Nicolae Ceaucescu, en 1989, alors qu’il avait dépassé l’âge de 75 ans.

L’archevêque-évêque émérite du diocèse gréco-catholique de Lugoj appartenait au groupe d’évêques unis à Rome qui ont passé de longues années en prison pour avoir refusé l’acte d’adhésion à l’Eglise orthodoxe, suite à la liquidation par les autorités communistes en 1948 de l’Eglise catholique de rite byzantin.

 

19 décembre 2017, 18:28