Recherche

Vatican News

L’Afrique servie spécifiquement par Radio Vatican depuis 70 ans

C’est en 1950 que Radio Vatican a commencé ses émissions quotidiennes en français en direction de l’Afrique. Cela fait donc 70 ans en cette année 2020 ! Un long parcours !

Jean-Pierre Bodjoko, SJ* – Cité du Vatican

Radio Vatican, pour les auditeurs en générale et les auditeurs africains, en particulier, est symbole de fiabilité ainsi que d’informations impartiales et équilibrées. Les nouvelles des Eglises locales africaines sont fournies par une équipe composée de rédacteurs sur place, au siège de la radio, et de différents collaborateurs externes, notamment des correspondants. Ce travail pour servir l’Afrique et les Africains de la diaspora a évolué avec le temps. Depuis 1950, le temps d’antenne du programme en français, destiné vers l’Afrique, était d’environ 15 minutes. Mais, depuis le 25 mars 1990, 30 minutes sont consacrées à l’Afrique avec les nouvelles de l’Eglise et de la société : sciences, culture, santé, économie, développement, migration, environnement, sport, justice et paix, média, organisations internationales et solidarité, éducation, jeunesse, technologie, éducation, magazine de la femme, actualité internationale de la semaine, revue de presse catholique africaine, Invité(e) du jour, etc.

La révolution technologique nous permet aujourd’hui de joindre nos nombreux auditeurs à travers différentes plateformes qui se sont ajoutées aux ondes courtes : Internet (avec notre site web multimédia), satellite, les réseaux sociaux, les applications (APP), etc. Il est donc possible, pour ceux qui sont attachés à Radio Vatican, de suivre nos programmes selon ses choix ou possibilités. Et durant toutes ces années, le Service Français-Afrique ne s’est pas seulement contenté de produire des programmes à destination de l’Afrique, mais a aussi formé des journalistes, à travers des stages. Plusieurs responsables des services de communication et des radios catholiques africaines sont passés par Radio Vatican pour un temps d’immersion à la réalité radiophonique. De même, le service Français-Afrique compte sur le travail de beaucoup de ses correspondants pour enrichir son contenu, notamment en ce qui concerne la vie des Eglises particulières.

Les anniversaires de différents services de Radio Vatican

De nous à vous, de vous à nous

Les 70 ans du Service Français-Afrique ont donc permis de former un réseau communicationnel qui donne les nouvelles du Pape, de l’Eglise universelle et des Eglises universelles et ont aussi permis une interaction entre la Radio du Pape et les Eglises locales. Ces dernières sont aujourd’hui dotées de radios catholiques qui retransmettent nos émissions ou programmes. Nous formons ainsi un réseau, un trait d’union multidirectionnel qui permet de faire du Service Français-Afrique une tribune qui exprime les joies, les espoirs, les tristesses et les angoisses des Eglises locales, les rendant ceux de l’Eglise tout entière.

Quelle n’a été notre joie d’avoir le feedback, à travers nos correspondants, de ce que représente Radio Vatican, spécialement le Service Français-Afrique, pour les fidèles et les auditeurs africains.

De gauche à droite : Mgr Joseph Ballong, P. Jean-Pierre Bodjoko, SJ, et M. Andrea Tornielli, Directeur éditorial du Dicastère pour la communication du Saint-Siège (au revoir à Mgr Ballong)
De gauche à droite : Mgr Joseph Ballong, P. Jean-Pierre Bodjoko, SJ, et M. Andrea Tornielli, Directeur éditorial du Dicastère pour la communication du Saint-Siège (au revoir à Mgr Ballong)

Donner de l’espace aux Eglises africaines

Deux Africains qui ont dirigé le service Français-Afrique, Mgr Joseph Ballong-Wen-Mewuda et le Père jésuite Jean-Pierre Bodjoko, ont su adapter le programme dans sa forme et dans son contenu, en donnant suffisamment d’espace aux nouvelles des Eglises particulières africaines. De nouveaux programmes moins statiques ont aussi permis de rendre nos livraisons plus attrayantes, en multipliant des interviews de proximité locale, donnant la parole aux Pères évêques ainsi qu’aux fidèles et personnalités de différentes catégories. Ainsi, une dizaine de correspondants et de collaborateurs alimentent le contenu des programmes, des iles de l’océan indien au Sénégal, en passant par le Burundi, le Rwanda, la Centrafrique, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Gabon, le Cameroun, le Burkina Faso, le Tchad, le Togo, la République démocratique du Congo, la République du Congo…

Les auditeurs de ces pays, évêques, religieux, religieuses et laïcs, se sont exprimés pour dire tout le bien qu’ils pensent de Radio Vatican, spécialement à l’occasion des 70 ans du Service Français-Afrique, cet « instrument d’information de la couche christianisée et alphabétisée de la population », comme l’a souligné Albert Mianzoukouta, notre ancien confrère, une voix bien connue de nos auditeurs qui a consacré plus de 25 ans de sa vie à la Radio du Pape. De sa République du Congo (Congo-Brazzaville) natale, il estime que « Radio Vatican au Congo garde aujourd’hui cette réputation d’outil d’information non manipulé et au service de la communauté dans sa diversité. Radio Vatican sert définitivement de liens entre des fanges de la société jadis séparées par l’idéologie et aujourd’hui conviées à participer au développement intégral ».

Un a priori de vérité et de crédibilité

Nos auditeurs et auditrices du Cameroun nous font confiance, dans la mesure où ils pensent que Radio Vatican, de façon générale, « est un a priori de vérité et de crédibilité. C’est en tout cas ce que soutient la Sr Paule Valérie Mendogo, notre correspondante au Cameroun, qui ajoute que les informations diffusées sur Radio Vatican sont un rendu fiable de l’actualité ecclésiale et internationale. Pour sa part, Barbara Melem, directrice de communication dans une entreprise de l’Etat au Cameroun a déclaré : « quand je veux avoir un point de vue objectif sur une actualité internationale, je termine toujours le recoupement de l’information par le site de Radio Vatican ». Pour sa part, l’Abbé André Tehoua, du diocèse de Nkonsamba, soutient que « Radio Vatican a le courage et l’esprit scientifique dans la gestion de l’information ». Son confère de l’Archidiocèse de Douala, l’Abbé Joseph Ndoum, souhaite de son côté « que Radio Vatican participe un peu plus à l’émergence d’une nouvelle génération de communicateurs qui sache former et transformer des vies, dans l’exercice de leur profession et à l’exemple de Notre Seigneur Jésus-Christ ». Cette aspiration trouve écho dans ce que soutient Mgr Sosthène Bayemi, évêque d’Obala et président de la commission épiscopale pour la communication au Cameroun : « Radio Vatican, à travers le service Français-Afrique, fait respirer la société africaine au milieu de tant de guerres, de conflits et de maladies ».

Construire la communion avec le Pape

Au Togo, les fidèles auditeurs de la Radio Vatican ont également témoigné leur attachement aux informations diffusées par la Radio du Pape.

Mgr Jacques Danka Longa, Evêque de Kara (Togo), a ainsi estimé que  Radio Vatican contribue à construire la communion avec le pape et donc une Eglise communion. « Cela rejaillit sur la société en ce sens que, se sentant unis entre nous Africains et avec le monde par des liens, quoi qu'on dise, plus forts de la foi, des sacrements notamment du baptême et de l'eucharistie, les catholiques sont transformés intérieurement dans un esprit et une mentalité de communion en Dieu et en humanité », a indiqué Mgr Danka Longa.

Pour sa part, le Père Auguste Egah a estimé que Radio Vatican a consolidé, sans jamais s'en lasser, les acquis de la paix, de la vérité, de la justice, des changements de mentalité et de correction des mœurs par l'éducation et l'éveil des consciences  dans les sphères politique, socio-économique, culturelle, professionnelle et même pédagogique. « Les informations données par Radio Vatican ont toujours fait foi auprès de tant de générations de personnes, depuis sa création jusqu'à ce jour. C'est la fiabilité des informations données par la Radio exceptionnelle, qui en fait l'une des plus estimées et écoutées par les auditeurs togolais, pour qui, Radio Vatican est une voix d'or », a-t-il fait savoir.

Un autre fidèle laïc togolais a estimé que, généralement, toutes les informations passées sur les ondes de Radio Vatican ne souffrent d’aucun doute. « Il y a même un dicton qui dit : « si c’est dit sur Radio Vatican, c’est que c’est vrai », a-t-il soutenu.

Même son de cloche du côté d’un autre prêtre togolais. « J'aime vérifier les informations que donnent les médias de par le monde entier auprès des médias catholiques et surtout sur Radio Vatican. Cette attitude est l'expression de notre confiance en cette radio. Les informations sont fiables et bien traitées », a déclaré le prêtre.

Pour sa part, l'abbé togolais Gervais M. Adjé Akakpo a estimé que, même si la confiance n'exclut pas le contrôle, il accorde beaucoup plus de crédits aux informations de Radio Vatican plus qu'aux autres médias. « Mue par le souci de dire la vérité, les informations qu'elle véhicule ne laissent aucune ombre de doute quant à leur authenticité », a-t-il fait savoir.

Communion avec les Eglises diocésaines

Pour sa part, Mgr Ignace Bessi Dogbo, président de la Conférence des évêques catholiques de Côte d’Ivoire a déclaré : « chaque fois que j’ai la possibilité grâce à vous d’être en contact avec Radio Vatican, je suis toujours émerveillé parce que je suis en communion avec les différentes Eglises diocésaines et des pays ». Sur la même lancée, Pierre Seydou Kiéné, directeur général de Radio Espoir, au diocèse de Grand-Bassam a indiqué : « on se dit que c’est Radio Vatican, c’est la Radio du Vatican donc du cœur de la chrétienté catholique, la fiabilité c’est 100% On se dit que tout ce qui vient de Radio Vatican ça été vérifié donc tout est fiable et nous nous en remettons à Radio Vatican ».

Une source fiable d’informations

Au Burkina Faso, où le service Français/Afrique de Radio Vatican compte également de nombreux auditeurs, le Père K. Alexis Ouedraogo, prêtre diocésain et directeur de la Radio Notre Dame de Kaya a estimé que « si cette émission n’existait pas, il fallait la créer ». L’Abbé Roger Seogo, de la radio catholique Teriya, dans le diocèse de Banfora a, quant à lui, indiqué que le Service Français-Afrique de Radio Vatican, qui reste un outil entre les mains de l’Eglise, ne peut qu’être une source fiable. « Cette fiabilité est saluée par nos auditeurs », a-t-il déclaré.

Comme souhaits, certains auditeurs, comme l’Abbé Séverin Ndingatoloum du Tchad, suggèrent à l’équipe d’essayer d’intégrer, si possible, les réalités de chaque pays sur les émissions de santé, d’éducation et de développement.

Différentes heures d’écoute

Diffusée tous les jours à 18h00 sur Radio Vatican, le programme du service Français/Afrique de la Radio Vatican est écoutée en Afrique, selon les différents fuseaux horaires et les heures de rediffusion. Le Père Jean-Baptiste Malenge Kalunzu, OMI, correspondant de la Radio Vatican en République démocratique du Congo explique ainsi que le week-end, certains prêtres et des laïcs écoutent volontiers les homélies de Radio Vatican. Beaucoup de témoignages disent aussi combien, dans les nombreux noviciats, quand le fuseau horaire le permettait, le petit déjeuner se déroulait en écoutant le journal de Radio Vatican rediffusé alors à 6h00 TU. « C’est la radio qui donne l’information juste, équilibrée. Beaucoup attendent que Radio Vatican donne la même information pour confirmer les autres radios internationales. Si des religieuses l’écoutent de préférence à 20h30 TU, beaucoup de paysans écoutaient à 4h30 TU. Il faudrait voir comment réadapter les heures », a-t-il fait savoir.

Renforcer la présence en Afrique

Au Bénin, Florent Houessinon, fidèle de la paroisse Saint Antoine de Padoue de Zogbo, Cotonou/Bénin, se réjouit du fait que Radio Vatican éduque, aux valeurs évangéliques et humaines. Néanmoins, il estime que Radio Vatican et son service Français Afrique doivent renforcer leur présence en Afrique. « Ceci passe par une redynamisation des services, un redimensionnement équitable du temps d’antenne accordé à chaque correspondant, la sollicitation d’un relais en modulation FM ou la mise sur pieds d’une application mobile, la densification des informations et une volonté affichée pour l’information plurielle », a-t-il déclaré. Pour sa part, Mgr François-Xavier G. Gnonhossou, SMA, évêque de Dassa-Zoumè soutient que Radio Vatican donne des informations sûres et fiables sur les faits et actualités dans tous domaines et constitue une véritable source d’enseignement et d’accompagnement des peuples partout dans le monde, via la précision et la fiabilité des informations qu’elle donne sur tous les domaines sans discrimination et sans frontière.

Quant à Guy Dossou-Yovo, correspondant de Radio Vatican au Bénin, il a expliqué que certaines personnes qu’il interviewe disent qu’ils ne savent capter une autre radio que celle de Vatican.

« Tout ce qui s’y dit est pris comme « Parole d’Evangile » selon la plupart des auditeurs que nous avons interrogés : « Quand c’est Radio Vatican qui en parle, c’est rare que cela ne puisse être vrai. La fiabilité des informations données par Radio Vatican, est donc un gage de sa crédibilité auprès de ses auditeurs ».

Puisse Radio continuer à faire parvenir la voix du Pape et de l’Eglise aux quatre coins du monde, et aussi donner la parole à tous : évêques, prêtres, religieux, religieuses, chefs d’Etat, laïcs, pauvres, riches, sans discrimination. Tout ceci avec professionnalisme et abnégation. Laudetur Iesus Christus !

*Twitter : @JPBodjoko E-mail : jeanpierre.bodjoko@spc.va

16 novembre 2020, 16:37