Recherche

Vatican News
Les participants au 3ème forum national des communicateurs catholiques / Cameroun Les participants au 3ème forum national des communicateurs catholiques / Cameroun 

Cameroun : 3ème forum national des communicateurs catholiques

Organisé sous le thème « l’engagement du communicateur catholique dans l’annonce de l’Evangile pour un rayonnement et une meilleure visibilité de l’Eglise au Cameroun », le 3ème forum national des communicateurs catholiques a eu lieu mi-octobre, sous la présidence de Mgr Sosthène Léopold Bayemi Matjei, évêque d’Obala et président de la commission épiscopale pour la communication.

Françoise Niamien (avec Aciafrica) – Cité du Vatican

« Être des défenseurs de l’Eglise contre les forces du mal ». Tel est l’appel que Mgr Sosthène Léopold Bayemi Matjei, le président de la commission épiscopale pour la communication, a lancé aux communicateurs catholiques camerounais, lors du 3ème forum national qui s’est tenu du 12 au 16 octobre 2020, au centre spirituel Jean Paul II de Garoua.
Ce forum, à l’issue duquel plusieurs résolutions ont été prises, a permis aux communicateurs catholiques du Cameroun de « passer en revue les nouveaux défis de la communication en général, mais surtout de la communication catholique, qui est aujourd'hui effective dans l'annonce de la bonne nouvelle », a précisé l’évêque d’Obala.

Les résolutions adoptées

Au terme des trois jours d’échanges, les principaux acteurs de la communication au niveau de l’Eglise Catholique au Cameroun ont d’abord rappelé que « le communicateur catholique est au service de l’Evangile, il ne peut s’en écarter dans le traitement de l’information ».
Comme deuxième résolution, ils recommandent : « l’Eglise (dans sa communication) doit tenir compte de l’hostilité d’un monde qui lui est de plus en plus réfractaire. Cependant, l’annonce de la vérité doit rester pour elle un impératif conditionnel, en accord avec l’exigence de la charité, car la vérité et la charité ne se contredisent pas.
La troisième résolution adoptée par les participants à ce forum est que, « malgré l’avènement numérique que l’Eglise gagnerait à s’approprier, les moyens de communications traditionnels que sont le livre, la radio et la télévision continuent de jouer un rôle primordial dans l’annonce du message évangélique. Pour une meilleure efficacité, les communicateurs catholiques s’engagent à consolider le travail en réseau et à renforcer les capacités des structures de communication catholique ».

Défenseurs de l’Eglise

Dans son discours inaugural, le président de la Commission de la communication sociale de la Conférence épiscopale nationale a indiqué que
« Le communicateur catholique doit défendre l’Eglise contre les forces du mal. Il doit savoir jouer auprès de son évêque le rôle de guetteur pour savoir à quel moment parler et quel message adresser au public ».
A ses yeux, le communicateur catholique, en utilisant les nouveaux médias dont l’importance n’est plus à démontrer aujourd’hui, devient, pour beaucoup de personnes, le moyen principal d’information et de formation.
Le communicateur catholique guide et inspire les comportements individuels, familiaux et sociaux, a également soutenu Mgr Bayémi, qui exhorte les communicateurs camerounais à « faire tous les efforts possibles pour avoir un impact positif sur notre société ».

Mettre en valeur la richesse de l’Evangile

En outre, l’évêque a invité les catholiques des 26 diocèses du Cameroun, engagés dans des initiatives de communication, « à utiliser de nouvelles langues qui mettent en valeur la richesse de l'Evangile, afin de rencontrer de nouvelles formes de ́expression qui pourraient toucher les esprits et les cœurs de chacun d'entre nous ».
En attendant le prochain forum, prévu dans deux ans, Mgr Bayémi a exprimé le vœu de voir la communication être davantage un instrument au service de la nouvelle évangélisation et de la construction de la société de « l’amitié sociale », selon l’orientation de la récente encyclique du pape François, « Fratelli tutti ».

 

 

24 octobre 2020, 11:19