Recherche

Vatican News
2020.10.02 Nigeria indipendenza 2020.10.02 Nigeria indipendenza  

60 ans d’indépendance sont suffisants pour sevrer le Nigeria, estime Monseigneur Badejo

A la veille de la célébration des 60 ans de l'indépendance du Nigeria, Monseigneur Emmanuel Adetoyese Badejo, évêque du diocèse d’Oyo, a passé en revue la situation sociopolitique de son pays. L’indépendance du Nigeria, estime-t-il, est encore à conquérir, cette fois-ci des mains des dirigeants peu soucieux du bien de la population.

Camille Mukoso, SJ (avec Isabella Piro) – Cité de Vatican

Le Nigeria a célébré le jeudi 01 octobre 2020, 60 ans d’indépendance. Six décennies décrites comme un mirage par Monseigneur Emmanuel Adetoyese Badejo. Aux yeux de l’évêque d’Oyo, le pays est un géant malade au potentiel limité et rongé par plusieurs maux : insécurité, violence, insurrection, corruption, chômage, inflation paralysante, assortie d’une criminalité omniprésente et d’une gabegie financière sans précédent. Cependant, pour le prélat nigérian, cette triste réalité n’éteint pas l’espoir d’un avenir meilleur, car, a-t-il fait savoir, « la force de la diversité de la nation et de son peuple pourrait surmonter n'importe quel défi, si les dirigeants qui doivent nourrir l'unité nationale ne travaillaient pas contre elle ».

Rétablir l’équité

Pour que le Nigeria revive, Monseigneur Badejo estime que l’équité dans la représentation et la distribution des ressources est la clef de voûte pour contrer l'asphyxie de l'égoïsme et du tribalisme présents dans la majorité des dirigeants politiques. Sans ambages, l’évêque d’Oyo pointe du doigt le président Muhammadu Buhari qui, selon lui, a mis en place un régime de déséquilibre et de marginalisation dans les nominations, favorisant la région nord du pays, à majorité musulmane. « Je demande au Président, de rétablir l'équité et l'équilibre dans les nominations, afin de restaurer le caractère fédéral du Nigeria et la confiance de la population, en utilisant la force qui vient de l'unité nationale », a déclaré Monseigneur Badejo dans son message.

Ne pas rester des complices silencieux face au mal

L’évêque d’Oyo appelle également le Parlement, le Conseil des anciens et le Barreau nigérian à ne pas rester silencieux, mais à poursuivre leur tâche de prévention des déséquilibres et des injustices, surtout dans les nominations aux postes clés de la nation. A en croire Monseigneur Badejo, « soixante ans sont plus que suffisants pour sevrer le Nigeria du fardeau des organisations et associations inefficaces ». C’est dans ce sens qu’il estime que l’indépendance du Nigeria est encore à conquérir, non pas aux mains des Britanniques, mais des dirigeants et des politiciens peu soucieux du bien de la population, des fonctionnaires et des syndicalistes corrompus, des terroristes sanguinaires, des mercenaires, des fondamentalistes religieux et des criminels de toutes sortes qui ne cherchent qu'à obtenir leur propre part du gâteau national, à n'importe quel prix.

Le Nigeria, c’est chez nous

« Nous n'avons pas d'autre pays pour nous sentir chez nous », rappelle le prélat, tout en exhortant la population à lutter pour une régénération morale et éthique dans les familles et dans la société. Pour redorer l’image ternie du Nigeria et lui donner un manteau plus beau qu’avant, il faudrait, estime Monseigneur Badejo, s’opposer à l'injustice et lutter pour un État de droit appliqué à tous, de manière égale. Les Nigérians, poursuit-il, ne peuvent se tirer d’affaire que grâce au soutien mutuel, fruit de la charité et de la solidarité évangéliques.

Invitation à la prière

Enfin, Monseigneur Emmanuel Adetoyese Badejo a appelé tous les Nigérians à prier pour leur nation. « Dieu répond à notre prière, mais c'est à nous de reconnaître les opportunités qu'il nous offre, pour notre bien », a-t-il exhorté. Et de renchérir : « Je souhaite à tous les Nigérians un chemin réussi vers une indépendance authentique ».

La conférence nationale nigériane avait invité tous les fidèles chrétiens du pays à 40 jours de prière, du 22 août au 30 septembre 2020.

03 octobre 2020, 11:25