Recherche

Vatican News
RD Congo: Presidente della CENCO e Segretario Nshole RD Congo: Presidente della CENCO e Segretario Nshole 

RD Congo : les évêques invitent les parlementaires à œuvrer pour l'intérêt du peuple

La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a formulé 7 recommandations aux députés et sénateurs congolais pour leur rentrée parlementaire de septembre 2020.

Camille Mukoso – Cité du Vatican

La rentrée parlementaire en République démocratique du Congo (RDC) a eu lieu le mardi 15 septembre 2020. A cette occasion, la Cenco a tenu à leur rappeler le devoir de voter des lois qui donnent la priorité à l'intérêt du peuple congolais. Dans leur déclaration, rendue public le jeudi 17 septembre 2020, les évêques congolais appellent les législateurs du pays à relayer effectivement les aspirations profondes du peuple au changement et à ne pas voter des lois qui ne rencontrent pas le bien de la population. L’objectif de ces recommandations, à en croire les prélats, est de sauver le processus électoral, en adoptant avec vigilance des lois justes qui garantissent la tenue des scrutins et assurent le contrôle de l’exécution du budget lié au processus électoral. Le peuple congolais, écrivent-ils, crie sa souffrance et a soif d’élections pacifiques et démocratiques.

Qui sème le vent récolte la tempête (cf.  Osée 8, 7)

Faisant référence à leur message de juin intitulé « Qui sème le vent récolte la tempête », les prélats congolais ont invité les législateurs de leur pays à s'assurer que la majorité parlementaire n'abuse pas de sa force numérique pour faire passer des lois défavorables au progrès de la démocratie. Pour les évêques congolais, la loi de la majorité n'est pas nécessairement synonyme de vérité ou de raison, ni une garantie de cohésion sociale. « Une majorité parlementaire, aussi légale soit-elle, perd sa légitimité lorsqu'elle est déconnectée des intérêts et du bien-être du peuple ». Et d’exhorter : « Mettez-vous réellement au service du peuple qui a opté pour le changement ; gérez utilement le temps pour voter des lois qui promeuvent la démocratie plutôt que les intérêts partisans ».

Libérez mon peuple (cf. Ex 3,10). Pas d’entraves au changement

Dans cette perspective, estiment les évêques,  la révision de la loi électorale en vue de la dépolitisation de la Commission Electorale Indépendante, CENI, s’avère plus que nécessaire. En effet, les évêques de la RDC avaient demandé au gouvernement, par l'intermédiaire de la présidente de l'Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, de procéder à des réformes électorales avant de nommer le chef de la CENI. Malheureusement, les leaders religieux du pays, réunis au sein de la plateforme des confessions religieuses, sont restés divisés sur le choix du président de ladite commission, une prérogative qui leur est accordée par la Constitution du pays. Les députés avaient alors décidé, par un vote majoritaire, de placer Ronsard Malonda à la tête de la CENI. Une décision qui a provoqué la contestation des chefs religieux et des partis d'opposition. Le président congolais, Félix Tshisekedi, avait donc rejeté le choix de Ronsard Malonda à la tête de la CENI, malgré son approbation par les membres de l’Assemblée nationale.

On reconnaît l’arbre à ses fruits (Mt 7,16)

C’est dans cette optique que les évêques, dans leur message du jeudi 17 septembre,  appellent également les législateurs à contrôler, sans complaisance, les membres du gouvernement et les mandataires de l’Etat, afin de ne pas chercher à modifier et à tailler sur mesure, en faveur des individus ou des partis politiques « les dispositions de la Constitution, particulièrement celles relatives aux modes des scrutins ». Pour ce faire, les évêques congolais invitent les honorables députés et sénateurs à être « sensibles aux peines, aux souffrances et aux désidératas de la population, à respecter les dispositions réglementaires de l’organisation de l’opposition au niveau de l’Assemblée nationale, et à être à l’écoute des forces vives du pays, afin d’amorcer des réformes consensuelles, nécessaires pour la consolidation de la démocratie ».

Soyez donc prudents comme les serpents, et candides comme les colombes (Mt, 10,16

Au demeurant, la Cenco invite la population à demeurer unie et vigilante pour barrer la route à toute majorité ou minorité qui tenterait de prendre en otage leur pays et leur avenir par des subterfuges politiciens dilatoires.

19 septembre 2020, 11:28