Recherche

Vatican News

Afrique : Le vade-mecum des évêques africains face au Covid-19

A la suite des mesures prises par leurs gouvernements, plusieurs épiscopats africains ont pris des dispositions pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus sur le continent. Mises ensemble, ces recommandations constituent un véritable vade-mecum pour tout chrétien en ce temps de crise.

Camille Mukoso, SJ (avec Aciafrique et Fides) – Cité du Vatican

Le coronavirus n’est plus une menace pour l’Afrique. Il est désormais une réalité. Le sol africain, avec ses beautés naturelles, n’aura donc pas suffi d’empêcher la propagation du virus. C’est dire que la solution, à l’heure actuelle, réside dans le respect des mesures de prévention déjà prises par des pays qui luttent, bon gré malgré, contre cette pandémie. Les Églises africaines l’ont si bien compris. Presque partout sur le continent, les évêques invitent leurs fidèles à s’impliquer dans la riposte contre le Covid-19 ; et surtout à ne pas céder à la panique ni prêter oreille aux fausses théories. Prises ensemble, les recommandations des évêques africains constituent un véritable vade-mecum en ce temps de crise.   

La RD Congo passe à la vitesse supérieure

En République Démocratique du Congo, les églises resteront fermées, comme l’a demandé le président de la République Félix-Antoine Tshisekedi. Dans beaucoup de diocèses, cependant, des églises continueront à sonner les cloches aux heures habituelles, mais les messes sont suspendues. Les fidèles prieront chacun chez soi, en famille.

Les évêques congolais, dans leurs diocèses respectifs, ont donné des directives allant des mesures d’hygiène préventive à l’organisation des offices dans les communautés religieuses et de la contribution des fidèles à la prise en charge de la vie matérielle de leurs prêtres. Dans l’archidiocèse de Kinshasa, par exemple, le cardinal Fridolin Ambongo a suspendu des célébrations publiques comme la traditionnelle messe du dimanche des rameaux avec les jeunes. L’archevêque de Kinshasa demande, tout de même, aux médias catholiques d’adapter leurs grilles de programmes pour y inclure la retransmission radio-télévisée de la messe quotidienne et d’autres moments de prière comme le chapelet ou le chemin de la croix.

L’évêque de Lwiza, Mgr Félicien Mwanama, a reporté la date des ordinations sacerdotales et diaconales. Dans une lettre pastorale adressée à ses fidèles, il a communiqué des dispositions toutes spéciales, donnant mission aux prêtres appelés à instruire le peuple de Dieu sur les mesures hygiéniques édictées par les services de la santé.

Les évêques togolais rappellent qu’aucune population n’est à l’abri

Les indications de l’Église pour contenir la propagation du coronavirus arrivent également au Togo. La Conférence épiscopale togolaise a écrit aux fidèles leur recommandant de s’abstenir de l’échange de la paix et de recevoir l'Eucharistie entre leurs mains. L’enlèvement de l’eau bénite à l’entrée des églises et des chapelles a été ordonné et les prêtres sont invités à se nettoyer soigneusement les mains avant et après la distribution de la communion.

Les évêques togolais rappellent également à leurs chrétiens qu’aucun pays, aucune ville, aucune population n’est à l’abri du coronavirus. Il est donc urgent, poursuivent-ils, d'adopter des comportements individuels et collectifs qui puissent limiter au maximum la propagation du Covid-19.

Cameroun : La mission de l’église domestique

Au Cameroun, c’est l’archevêque de Yaoundé, Mgr Jean Mbarga, qui a ordonné que les messes ne soient célébrées qu’avec la participation d’un maximum de 50 personnes. Il a aussi recommandé la diffusion des célébrations eucharistiques à travers les médias pour soutenir la prière du plus grand nombre de fidèles possible. Les familles ou les personnes vivant en communauté sont particulièrement appelées à vivre leur vocation et à leur mission d'église domestique, rappelle Mgr Mbarga. 

Maurice : Les prêtres sont invités à être créatifs

Tout en préconisant les mêmes mesures de prévention, le cardinal Maurice Piat, évêque de Port-Louis, a invité les prêtres à laisser place à leur créativité pour faire sentir leur proximité avec les fidèles, les accompagner et les soutenir. Comme les circonstances de l’heure ne permettent pas d’organiser les funérailles, le cardinal Piat demande aux prêtres de tenir un registre des défunts afin de pouvoir organiser des messes de suffrage dans les meilleurs délais et envoyer aux familles concernées, par courrier électronique, les prières rituelles afin qu'elles puissent être récitées au nom de l'Église. Pour les malades, le cardinal propose d'organiser des moments de prière animés par les familles elles-mêmes. « Notre Carême s’est transformé en une période d'enfermement. Vivons-la dans la foi et la paix en restant humblement au service des fidèles qui nous sont confiés », a exhorté l’évêque de Port-Louis, en s’adressant à ses prêtres.

 

21 mars 2020, 16:22