Recherche

Vatican News
M. Gabriel Shabani, entrepreneur de la République démocratique du Congo. (Ph. : JP Bodjoko, SJ/Vaticannews) M. Gabriel Shabani, entrepreneur de la République démocratique du Congo. (Ph. : JP Bodjoko, SJ/Vaticannews) 

RD Congo : Gabriel Shabani ou des initiatives prometteuses

M. Gabriel Shabani est un entrepreneur de la République démocratique du Congo. Il est le propriétaire de la chaîne de télévision CongoWebTV et s’intéresse aux nouvelles technologies. Il revient sur les différentes initiatives qu’il mène dans le domaine des médias, d’investissement, etc.

Jean-Pierre Bodjoko, SJ – Envoyé spécial à Kinshasa

De prime abord, M. Gabriel Shabani fait remarquer qu’il est « la toute première société audiovisuelle privée de la République démocratique du Congo ». De retour de l’Allemagne où il a vécu et étudié, a-t-il fait remarquer, seules la télévision nationale, les chaînes privées Antenne A et Canal Kin existaient. Mais ces deux dernières n’avaient pas d’équipement de production, selon M. Shabani qui affirme être le premier opérateur privé à avoir mis sur pied, dans son pays, la technologie amenée d’Europe pour produire et diffuser des émissions télévisées. Il a donc participé à la numérisation des médias congolais. Pour cet homme d’affaires, le travail dans les médias comporte des sérieuses difficultés liées notamment au manque de moyens financiers nécessaires pour assurer la couverture de différentes charges : le personnel, les taxes, le renouvellement de l’équipement, différentes factures, etc.

Le secteur des médias, plaide M. Shabani, requiert pour être amélioré, une bonne organisation car pour le moment, dit-il, « c’est le désordre, il n’y a rien qui marche ». Il fustige en outre le fait que les medias, via internet particulièrement, sont devenus la plage adorée de l’amateurisme. « Sur Youtube, les jeunes deviennent d’un coup journalistes. Donc sans formation, ni déontologie. Tout le monde dit n’importe quoi sur internet, c’est un problème aujourd’hui », se plaint-il.

De la fabrication des voitures électriques

Shabani « Record » , comme on l’appelle souvent, n’est pas seulement dans les médias, il s’est aussi lancé dans la production des voitures écologiques. « J’avais commencé d’abord par la compagnie Congo énergie qui travaille dans le secteur de production de l’énergie solaire parce qu’il y a trop de problèmes d’électricité chez nous. Après, j’ai créé Congo Motors, première compagnie qui importait des voitures à 100 % électriques, et tout cela sans soutien politique », indique M. Shabani qui, en comptant sur la volonté de l’actuel chef de l’Etat, veut installer une usine de fabrication, au Congo-Kinshasa, des panneaux solaires avec des batteries lithium. Ce qui permettra notamment de « monter le véhicule sur place ».

Des maisons écologiques

M. Shabani a aussi un projet social, celui de la construction des maisons écologiques moins chères. L’idée de ce projet est née, dit Shabani, par le constat qu’à Kinshasa, le prix du loyer est plus exorbitant, alors que les espaces sont disponibles, contrairement par exemple à Luanda, la capitale de l’Angola, où il a aussi installé ses affaires. Ce projet, qui sera réalisé dans la commune de Maluku, dans la banlieue de Kinshasa, est un complexe qui comprendra des maisons d’habitation, des supermarchés, des écoles, des hôpitaux, etc.

Un modèle pour la jeunesse

Les difficultés auxquelles les jeunes en général sont confrontés en République démocratique du Congo, les poussent souvent à quitter le pays et chercher refuge ailleurs, notamment en Europe.

Pour Shabani, les conditions sont certes difficiles, mais il est possible de travailler au pays, de créer des entreprises et ainsi donner de l’emploi aux compatriotes. Il note également qu’aujourd’hui plus qu’hier, le climat des affaires au pays est en train de s’améliorer, et pour cela, il invite toutes les congolaises et tous congolais à penser à leur pays pour le reconstruire.

M. Gabriel Shabani au micro de Jean-Pierre Bodjoko, SJ
28 janvier 2020, 18:26