Recherche

Vatican News
Quelques députés congolais membres de l’Association ‘Ave Maria’ (Ph. : JP Bodjoko, SJ/Vaticannews) Quelques députés congolais membres de l’Association ‘Ave Maria’ (Ph. : JP Bodjoko, SJ/Vaticannews) 

RD Congo : Etre député et témoigner de sa foi

M. Cherubin Okende, député congolais de la circonscription de la Lukunga, dans la ville-province de Kinshasa, est membre de l’Association « Ave Maria » qui regroupe les députés congolais de confession catholique. Il s’en explique.

Jean-Pierre Bodjoko, SJ – Envoyé spécial à Kinshasa

Au cœur de leur engagement dans l’hémicycle, les députés congolais catholiques sont mus par les valeurs apprises au sein de l’Eglise, et par la pratique de la vie sacramentelle. C’est fort de cette conviction, que M. Cherubin Okende, député congolais de la circonscription de la Lukunga, dans la ville-province de Kinshasa, circonscrit le bien-fondé de l’Association « Ave Maria », qui entend accompagner les élus du peuple dans leur responsabilité au sein des institutions de la République.

Selon M. Okende, comme représentants du peuple à l’Assemblée nationale, les membres de l’association « Ave Maria » « veulent vivre une législature dans la proximité et l’écoute du peuple ». Pour ce faire, ajoute-t-il, l’encadrement spirituel pour refléter la lumière de l’évangile de Jésus-Christ est nécessaire, aussi bien que l’intercession de la Sainte Vierge Marie.

Par ailleurs, le paradoxe d’un pays « scandaleusement riche mais avec des populations scandaleusement pauvres, les plus pauvres de la planète », est aussi pointé du doigt par l’élu de la Lukunga qui appelle les députés à réellement assumer ce mandat par le biais d’une pratique éthique de la politique susceptible de mener le pays  à son relèvement.

Cela suppose également de travailler ensemble dans un esprit de respect mutuel et loin de l’auto-flagellation.

Origine de l’Association de députés catholiques

Le leitmotiv du groupe est basé sur le désir de professer la foi et d’en témoigner, affirme M. Okende qui inscrit la genèse de l’Association dans la détermination de construire un esprit d’équipe et de solidarité. 

Qu’en est-il des activités ?

« Nous comptons d’abord nous consulter de temps en temps pour réfléchir sur les préoccupations du peuple au-delà de clivage politique, qui peuvent être les nôtres », déclare l’élu de la Lukunga qui assure qu’« au sein de l’Association ‘Ave Maria’, nous ne voyons pas la partisannerie politique, il n’y a pas de députés de l’opposition, il n’y a pas ceux de la majorité, moins encore de députés non-inscrits ». Pour lui, « nous ne sommes que des députés chrétiens, chargés de la mission évangélique et prophétique pour que nous puissions réellement contribuer à l’épanouissement de notre peuple ».

Un  exemple à suivre

A la question de savoir si l’Association « Ave Maria » serait un modèle pouvant inspirer les chrétiens catholiques qui évoluent dans les autres institutions du pays, M. Okende le souhaite ardemment car, dit-il, « si nous chrétiens catholiques, nous ne nous interpellons pas pendant que ce pays est à 90 % et 70 % dirigé par les catholiques, alors finalement, qu’est-ce que nous aurons fait de l’instruction et de notre foi en tant que chrétiens catholiques ? ».

Etre le sel de la terre et la lumière du monde, et riche de la doctrine de l’Église catholique, c’est ce que souhaite renforcer l’Association « Ave Maria » qui encourage ses membres à rayonner de cet esprit «  partout où nous sommes. Celui qui doit être ministre et chrétien catholique doit se dire que c’est un sacerdoce que d’être au service des autres, au service du peuple, à l’exemple de notre Seigneur Jésus-Christ ».

Nous voudrions en tout cas, ajoute le député, tenter cette impulsion pour vivre notre foi de chrétiens catholiques partout où l’on n’est. M. Okende estime en outre que la lumière du Christ devrait briller chez tous les animateurs des institutions : les ministres, les chefs d’entreprises, l’armée, bref, dans tous les services de l’État. Si nous ne reflétons cette lumière du Christ dans le monde, fait-il remarquer, le Congo n’ira jamais de l’avant. L’heure de rompre les amarres d’une politique qui ne tienne pas compte de la foi a sonné, soutient-il. C’est bien cette manière désincarnée de faire la politique qui a « amené le pays dans les turbulences que nous continuons de déplorer depuis l’accession de notre pays à l’indépendance ».

Au service de l’Eglise

L’Association « Ave Maria », indique le député de la circonscription de la Lukunga, voudrait accompagner l’Eglise dans sa mission, à la mesure de ses possibilités. Il sollicite en même temps de l’archevêque de Kinshasa, le Cardinal Fridolin Ambongo, un « encadrement de proximité » afin que cette association puisse mener à bien la lourde responsabilité qui est la sienne.

Un exemple qui peut inspirer ?

« C’est notre ardent désir de voir notre association inspirer les autres responsables chrétiens », souligne encore M. Okende qui souhaite que « ce feu du catholicisme puisse embraser tous, afin qu’en communion des prières et d’esprit, nous puissions contribuer tant soit peu à l’épanouissement d’un monde meilleur en Afrique et pourquoi pas dans le monde ».

Il lance, à cet effet, un appel à la solidarité d’autres parlementaires et d’autres institutions politiques internationales qui ont vécu ou qui ont commencé à vivre cette expérience de profession de foi catholique au sein des institutions, « pour nous assister, nous encadrer et nous accompagner ».

Défi immense

« Nous savons que c’est une lourde responsabilité, une lourde tâche », affirme M. Okende, en soulignant que le coordonnateur de l’Association « Ave Maria »  leur  avait déjà fait part de certaines attaques pour les décourager dans cette œuvre de leur chrétienté, « mais nous devons tenir bon. C’est ainsi que nous sollicitons de nos encadreurs spirituels et de toutes les personnes de bonne volonté qui croient que cette mission prophétique doit être assumée par nous tous, afin de libérer notre peuple de l’obscurantisme, il faut qu’ils puissent nous assister, nous accompagner ».

M. Okende a en définitive avoué que le chemin sera long et « nous n’avons pas la naïveté de penser qu’il sera un chemin facile à parcourir. Nous sommes vraiment armés moralement et spirituellement pour assumer ce passage. C’est comme le chemin de croix. Et nous devons porter notre croix jusqu’à Golgotha, à l’image de notre Seigneur Jésus ».

M. Cherubin Okende au micro de Jean-Pierre Bodjoko, SJ
22 janvier 2020, 16:21