Recherche

Vatican News
SSUDAN-RELIGION (AFP or licensors)

Soudan du Sud : Le tout premier synode diocésain du pays

L’Eglise-famille de Dieu qui est au Soudan du Sud a organisé, du 27 novembre au 7 décembre 2019, son premier synode diocésain. Mgr Eduardo Hiiboro Kussala, évêque de Tombura-Yambio et organisateur de ladite rencontre, revient sur les points saillants de cet événement.

Camille Mukoso, SJ (avec Fides) – Cité du Vatican

Le diocèse de Tombura-Yambio, au Soudan du sud, a organisé le premier synode diocésain de l’histoire du pays, du 27 novembre 2019 au 7 décembre 2019, autour du thème : « Nous sommes une famille du Peuple de Dieu, au service participatif à l’Eglise ».

Allez, faites de toutes les nations des disciples

Pour Mgr Kussala, évêque de Tombura-Yambio et  organisateur du synode, l’Eglise du Soudan du sud, étant pèlerine, ne constitue pas une réalité statique, mais un voyage continuel au travers de l’histoire menant à la fin ultime et merveilleuse qu’est le Royaume des cieux. C’est ainsi que, pour lui, toutes activités missionnaires de l’Eglise soudanaise qui dériveront de ces assises devraient s’inscrire dans l’invitation de Jésus-Christ : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » (Mt 28, 19). Car, a-t-il poursuivi, « depuis ses débuts, l’Eglise a été une Eglise missionnaire ».

Un dialogue fécond

Par ailleurs, l’évêque de Tombura-Yambio fait remarquer que tout le processus synodal a été marqué par un dynamisme consistant à chercher, à écouter et à discerner. Plus concrètement, il s’agissait de chercher les apports de tous, écouter tout le monde et discerner avec tous ceux qui font partie de l’Eglise famille de Dieu qui est au Soudan. A cet égard, Mgr Kussala se dit pleinement satisfait que cette pratique ait impliqué ses ouailles de manière positive. Selon ses propres mots, le processus démontre qu’il constitue un dialogue fécond. Et de renchérir : « Des délégués, hommes et femmes de chacune de nos 35 paroisses et de nos 6 doyennés, ainsi que de nombreux membres du clergé du diocèse, sont venus à cette première assemblée synodale diocésaine, motivés par les défis que nous devons relever dans notre diocèse de Tombura-Yambio. Ils sont prêts à sortir sur les routes et le long des haies pour que la maison du Seigneur soit pleine ».

Synode aux périphéries existentielles

Mgr Kussala reconnait, en outre, que le Soudan du Sud est un lieu de souffrance dramatique et préoccupante et que ce synode diocésain est vu comme l’espoir d’un remède durable à la situation tragique à laquelle doit faire face son pays. Voilà pourquoi il espère que ce synode permettrait d’atteindre toutes personnes qui se sentent à la périphérie de l’Eglise, surtout les jeunes, victimes de la guerre. Les atteindre avec amour et compassion, poursuit l’évêque, fait partie de la mission qui requerra de nouvelles méthodes afin de rejoindre des groupes qui pourraient ne pas être réceptifs aux approches de la communication traditionnelle. Tous les membres du diocèse de Tombura-Yambio sont appelés, conclut Mgr Kussala, à partager avec joie leur amour pour Dieu et pour l’Eglise envers tous ceux qu’ils rencontrent.

09 décembre 2019, 11:53