Recherche

Vatican News
Mgr Richard Appora, évêque de Bambari/Centrafrique. (Ph. : JP Bodjoko, SJ/Vaticannews) Mgr Richard Appora, évêque de Bambari/Centrafrique. (Ph. : JP Bodjoko, SJ/Vaticannews) 

Synode : L’exploitation des forêts ne profite pas à la population locale, selon Mgr Appora

Si l’Assemblée spéciale des évêques sur l’Amazonie plaide en faveur de la sauvegarde de l’Amazonie, il n’est pas moins l’occasion de mettre en exergue les défis du Bassin du Congo. C’est notamment ce sur quoi revient l’évêque de Bambari, en Centrafrique, Mgr Richard Appora.

Jean-Pierre Bodjoko, SJ – Cité du Vatican

L’évêque de Bambari, Mgr Richard Appora, indique que l’Assemblée spéciale des évêques sur l’Amazonie est une manière pour l’Eglise d’attirer l’attention des acteurs aussi bien politiques que religieux, sur la nécessite de sauvegarder le poumon écologique qu’est l’Amazonie avec toute sa biodiversité en ayant une pensée pour les générations futures. C’est dans cette même perspective que travaille le Réseau ecclésial du Bassin du Congo, REBAC, dont il est membre.

Le besoin en prêtres toujours d’actualité en Centrafrique

Comme en Amazonie, Mgr Appora, fait remarquer qu’en Centrafrique, plus particulièrement au diocèse de Bambari, le manque de prêtres est d’actualité, avec seulement 17 prêtres. Aussi, le manque d’accès à certaines zones suite notamment à des groupes rebelles qui y opèrent, prive davantage les chrétiens de prêtres. « Cela fait pratiquement 9 ans que certaines régions n’ont pas vu de prêtres ou même d’évêques.  Le cardinal Dieudonné Nzapalainga, et moi, avions fait une visite pastorale récemment dans le nord du pays où on a administré les sacrements de baptême et de confirmation pour combler le vide », a-t-il souligné.

Une Eglise entre les mains des laïcs

« Heureusement que nous avons des catéchistes, c’est là que nous voyons le rôle capital des catéchistes dans nos Eglise. Un rôle qui est à louer et à encourager », c’est ainsi qu’est comblé le déficit de prêtres au diocèse Bambari, a expliqué Mgr Appora. Chaque fois que je rencontre ces catéchistes, dit-il, « je ne manque pas de leur dire qu’ils sont les fondations de l’Eglise. Et je leur conseille de prendre au sérieux leur contribution, leur travail d’évangélisation, de préparation des nouveaux convertis aux sacrements ». L’évêque de Bambari a déclaré prendre au sérieux la question de la formation des catéchistes.

Exploitation abusive des forêts

Le diocèse de Mbaïki, au sud de la Centrafrique, et frontalier de la République démocratique du Congo et la République du Congo-Brazzaville regorge d’une grande réserve forestière. Il s’observe dans cet air géographique « une exploitation tout azimut guidée par cette logique du profit et de la consommation dans l’immédiat », a déploré Mgr Appora qui fait savoir que dans cette même zone se trouve une école où les élèves s’asseyent à même le sol. C’est dire, a-t-il affirmé, que cette exploitation ne profite pas à la population locale. Face à ce défi, nous, comme Eglise, « avons une parole à donner, une parole pour pouvoir interpeller la conscience des uns et des autres », a estimé l’évêque de Bambari.

Mgr Richard Appora au micro de Jean-Pierre Bodjoko, SJ
26 octobre 2019, 17:54