Cerca

Vatican News
VATICAN-POPE-MASS-EASTER-VIGIL (AFP)

Méditation pour le 27ème dimanche du temps ordinaire : « La foi exige aussi notre engagement personnel et notre détermination »

Le Père Jésuite Rigobert Kyungu nous introduit à la méditation des textes liturgiques du 27ème dimanche du temps ordinaire

Frères et sœurs, ces lectures de ce vingt septième dimanche du temps ordinaire nous exhortent à développer notre foi, à l’instar des apôtres qui ont demandé à Jésus de les aider à augmenter la leur.
Dans la première lecture, le prophète Habacuc se plaint auprès du Seigneur parce qu’il a l’impression de ne pas être entendu lorsqu’il prie. Le Seigneur lui répond en disant que la vision qu’il attend viendra en son temps et l’exhorte plutôt à s’exercer à la fidélité car c’est elle qui fait la vie d’un homme juste. Dans la deuxième lecture, Saint Paul demande à son disciple Timothée de raviver le don spirituel qui est en lui et de bien garder le dépôt de la foi, avec l’aide de l’Esprit Saint.
Et dans l’évangile, lorsque les disciples demandent à Jésus d’augmenter leur foi, et il leur répond en disant que même avec une toute petite foi, on peut accomplir des grandes choses, comme déraciner un sycomore pour le planter dans la mer. C’est une image forte par laquelle Jésus montre que la foi est la capacité de croire en la possibilité de réaliser, avec l’aide de Dieu, des choses apparemment impossibles aux yeux des hommes. Nous avons probablement autour de nous des exemples de choses difficiles qui se sont réalisées grâce à la foi. Par exemple, nous pouvons décider de nous réconcilier avec quelqu’un en détruisant des montagnes de haine qui nous ont séparés pendant longtemps. La foi exige donc non seulement la grâce de Dieu, mais aussi notre engagement personnel et notre détermination. La fidélité que Dieu recommande à Habacuc ainsi que l’accomplissement fidèle des tâches quotidiennes sont des outils importants pour développer la foi. Voilà pourquoi Jésus exhorte ses disciples à trouver leur joie dans le service fidèle de ce qui leur est demandé.
Le développement de la foi exige de lutter contre le découragement qui en est un grand obstacle. En effet, le découragement est une tentation qui provient du Malin, pour suggérer de se trouver soi-même des solutions, lorsque la réponse du Seigneur se fait attendre. Le prophète Habacuc a failli succomber à cette tentation, lorsqu’il se plaignait devant le Seigneur. C’est ainsi qu’aujourd’hui, certains tombent dans l’infidélité, l’idolâtrie et le fétichisme, qui ne peuvent que diminuer et même détruire la foi. Et pourtant croire c’est persévérer dans l’attente des promesses du Seigneur, quelles que soient la durée de l’attente, et les épreuves qui peuvent advenir. C’est dans ce sens que saint Paul demande à Timothée de prendre sa part de souffrances. En outre, saint Paul lie aussi la foi à l’amour, car en définitive c’est dans l’exercice de la charité que se vérifie la croissance de la foi.
A la lumière de ces lectures, demandons au Seigneur de raviver en nous le don de son Esprit, afin que notre foi soit active à travers la pratique de la charité et la fidélité au quotidien, amen.

Méditation dominicale avec le Père Rigobert Kyungu, SJ
05 octobre 2019, 19:06