Cerca

Vatican News
Opera Bread of Life : image for gospel reflection of Sunday XVIII B (Copyright © 2013 LDS CHURCH)

Priez le Maitre de la moisson d’envoyer des ouvriers

Le Père jésuite Rigobert Kyungu nous introduit à la méditation avec les textes liturgiques du 14ème dimanche du temps ordinaire C

Frères et sœurs,

Face à la carence d’ouvriers apostoliques, l’Eglise, à travers les lectures de ce 14ème dimanche du temps ordinaire, nous invite à méditer sur notre vocation à servir le Seigneur. Car le nombre d’ouvriers pour la moisson du Seigneur n’est jamais suffisant. Tel était le cas au temps de Jésus, et cette réalité est encore vraie de nos jours.
Dans l’évangile, Jésus nous recommande une seule chose, à savoir la prière, pour demander à Dieu lui-même de susciter des ouvriers qu’il veut pour sa moisson. Car la mission d’évangéliser peut être exigeante et délicate, puisqu’il s’agit d’évangéliser davantage par l’exemple que par les paroles. Et comme c’est Dieu seul qui connaît le cœur des hommes, il lui revient de susciter des personnes capables de répondre à un tel appel. Il nous revient aussi d’avoir à cœur cette intention de prière afin que le Seigneur envoie des ouvriers qualifiés pour travailler à l’avènement du royaume.
L’évangile nous rapporte que Jésus a désigné soixante-douze autres disciples, qu’il a envoyés deux par deux, là où lui-même devait aller. Il s’agit d’un chiffre symbolique qui illustre la nécessité d’un nombre important de disciples. C’est aussi un chiffre inclusif dans lequel nous pouvons nous retrouver en tant que baptisés. Nous sommes tous appelés et envoyés par Jésus pour aller témoigner de la bonne nouvelle du Royaume de Dieu. Sommes-nous prêts et disposés à répondre positivement à cet appel ?
L’objectif de la mission que Jésus confie à ses disciples est de proclamer le règne de Dieu qui est une réalité à venir, mais dont les préludes peuvent déjà être visibles en ce monde. Voilà pourquoi Jésus leur ordonne de transmettre d’abord un message de paix à tous ceux qui ouvriront leurs maisons pour accueillir les disciples. Il s’agit de la paix intérieure, qui n’est pas comme celle du monde. C’est la paix que Jésus lui-même avait promise à ses disciples avant de mourir. Elle est un don de Dieu, et un fruit de l’Esprit ; elle procure la sérénité et la confiance en toute circonstance. Par-delà la croix et la souffrance du Christ que saint Paul expérimente dans sa chair, il éprouve cependant la paix et la miséricorde qui viennent de Dieu. Et dans la première lecture Dieu, par la bouche d’Isaïe, dit qu’il désire donner la paix à son peuple, de manière abondante, comme un fleuve qui déborde. Et lorsque Jésus demande aux disciples de guérir les malades et de chasser les mauvais esprits, il montre une autre manière de transmettre sa paix, qui est un prélude du règne de Dieu.
Alors que les disciples se réjouissaient de ce que même les mauvais esprits leur étaient soumis, Jésus leur demande de se réjouir plutôt parce ce que leurs noms sont inscrits dans les cieux. Tel est le désir ardent du Seigneur, que nous puissions, nous aussi être admis au ciel afin de vivre totalement dans la joie du règne de Dieu. Puisse le Seigneur nous donner de répondre généreusement à l’appel à le servir pour annoncer le royaume à travers notre engagement et notre témoignage, amen.

Méditation avec le Père Rigobert Kyungu,SJ
06 juillet 2019, 15:03