Recherche

Vatican News
2019.06.21 COSTA D'AVORIO: VESCOVI 2019.06.21 Des évêques de Côte d’Ivoire  

Côte d’Ivoire : Les évêques invités à agir dans l’unité, pour bâtir l’ Eglise et reconstruire le pays

Dans son discours à la cérémonie d’ouverture de la 113ème Assemblée plénière des évêques catholiques de Côte d’Ivoire dans le diocèse d’Agboville, mardi 18 juin 2019, le père Luca Marabese, chargé d’Affaires ad intérim à la nonciature apostolique en Côte d’Ivoire, a invité les évêques ivoiriens à marcher dans l’unité afin que leur témoignage et leur engagement servent à reconstruire une Côte d’Ivoire divisée, qui peine à se réconcilier.

Françoise Niamien (et Marcel Ariston Blé) - Cité du Vatican

C’est par une analyse minutieuse de la vie de l’Eglise en Côte d’Ivoire que le chargé d’affaires ad intérim s’est adressé aux évêques ivoiriens réunis dans le diocèse d’Agboville dans le sud du pays, pour leur 113ème Assemblée plénière sur le thème : « Agir ensemble pour bâtir l’Eglise : il y a diversité de ministères, mais c’est le même Esprit ». Le père Luca Marabese a d’abord relevé, en 13 mois de présence en Côte d’Ivoire, le dynamisme et l’enthousiasme dans l’annonce du Christ mort et ressuscité qui caractérisent les Eglises locales du pays. Pour cette beauté qu’il dit avoir eu la chance de toucher de ses doigts, le père Marabese a rendu grâce Dieu, le Maître de la moisson, et exprimé sa reconnaissance aux évêques ivoiriens, aux prêtres, religieux, religieuses et autres laïcs associés pour le travail d’évangélisation constant et patient.

Fragilité de la foi chez les chrétiens

Toutefois, au cours de mes pérégrinations, a fait savoir le représentant ad intérim du Saint Père, « j’ai pu aussi constater à quel point la foi des gens restait fragile à bien des égards ». Une fragilité de la foi illustrée par les conflits récents dans des régions du pays. « Les particularismes ethniques » prennent « le dessus sur la fraternité évangélique, nombre de baptisés, fatigués ou déçus, souligne le père Marabese, s’éloignent de la lumière de la vérité et adhèrent à des propositions plus faciles, d’autres ne mettent pas en œuvre dans leur vie les exigences de la foi ».

Marcher ensemble en tant que style de l’Eglise

Face à tous ces défis auxquels doit faire face l’Eglise Catholique en Côte d’Ivoire, le Père Luca Marabese a invité les évêques ivoiriens à marcher ensemble, à afficher leur unité. « C’est en étant vraiment des frères entre vous, ouverts au dialogue dans la confiance réciproque, à l’écoute de tous y compris dans la différence et la contradiction et en laissant sa place à chacun, en particulier aux plus jeunes d’entre vous, que vous porterez un nouvel élan évangélisateur et que vous transformerez réellement la société ivoirienne, en vue de la rendre plus conforme à l’idéal évangélique », a notamment souligné le chargé d’affaires ad interim, en citant un extrait du message du Pape François adressé aux évêques ivoiriens lors de leur visite Ad Limina en 2014 à Rome.
Cette unité au sein de l’épiscopat ivoirien sera un témoignage de leur engagement déterminé qui doit servir à reconstruire une Côte d’Ivoire divisée, qui peine à se réconcilier. Le père Marabese a apprécié le fait qu’il sera question notamment de parler du rôle de l'Eglise en Côte d'Ivoire au service de la réconciliation nationale, de la justice et de la paix. « La diversité légitime des charismes, des dons, des compétences, des sensibilités, des personnalités, des points de vue et des opinions qui vous caractérisent doit toujours être au service de l’unité entre vous, sans jamais céder à la tentation de former des groupes internes et opposés », a-t-il laissé entendre.

La protection des mineurs et des personnes vulnérables dans l’Église en Côte d’Ivoire

Un des points sur lequel le chargé d’affaires ad intérim de la Nonciature Apostolique en Côte d’Ivoire s’est appesanti dans son discours, est celui relatif à la protection des mineurs et des personnes vulnérables dans l’Église en Côte d’Ivoire, rappelant aux évêques l’entrée en vigueur depuis le 1er juin 2019, de la nouvelle loi pour l’Eglise en matière d’abus. Une loi, leur a-t-il dit, qui n’exempte pas toutes les Conférences épiscopales, ainsi que toutes les Conférences des Supérieurs Majeurs de se retrousser les manches pour y consacrer du temps. Le père Marabese a exhorté la conférence épiscopale ivoirienne à « être comptée parmi les premiers pays du continent à se doter de normes avant-gardistes en matière de prévention et de protection ».

Education catholique

Outre ce sujet, le père Marabese a abordé la question du processus de la réforme de l’éducation catholique. Là-dessus, il a souhaité qu’une telle réforme se réalise dans le contexte plus large d’un accord entre les différents acteurs concernés sur la situation juridique de l’Église catholique en Côte d’Ivoire, dans le but de résoudre les malentendus qui peuvent survenir, sans recourir à des sanctions rapides et sévères », a-t-il plaidé.

 

21 juin 2019, 18:51