Recherche

Vatican News
ZIMBABWE-POLITICS-ECONOMY-OIL-PROTEST ZIMBABWE- Protestation populaire   (AFP or licensors)

Zimbabwe: Les évêques appellent le peuple à la modération

Tandis que le Zimbabwe traverse un moment de turbulence caractérisé par de vives manifestations de contestation contre la hausse des prix des carburants, l’épiscopat Zimbabwéen appelle à la modération.

Jean-Paul Kamba, SJ (avec Fides) – Cité du Vatican

Les affrontements à Harare Bulawayo et dans d’autres villes du Zimbabwe entre la police et les manifestants protestant contre la hausse des prix des carburants ont fait au moins trois morts, quelques 200 blessées et plus de 600 arrêtées. A l’origine de ces violences, se trouve en effet une décision gouvernementale rendue publique le samedi 12 janvier 2019, de doubler le prix des carburants, dans l’espoir de réduire la consommation et de lutter contre les trafics.

Non aux messages de haine

Succédant à M. Robert Mugabe en novembre 2017, Emmerson Mnangagwa, l’actuel chef de l’Etat Zimbabwéen, a du mal à sortir des eaux troubles d’une économie au bord de l’asphyxie financière. Déjà, la hausse des prix des carburants a déclenché une violente protestation. Alors que des messages de haine enveniment la situation, la Conférence épiscopale du Zimbabwe a pris la balle au bond pour dénoncer « la vaste diffusion de messages remplis de haine sur les réseaux sociaux, lesquels lancent des appels à la nation afin qu’elle prenne le contrôle des rues pour protester contre les difficultés économiques ».

Privilégier le dialogue

Tout en attestant que la situation économique est défavorable pour l’homme de la rue, la Conférence épiscopale exhorte les citoyens à faire preuve de modération et surtout d’éviter des réactions impulsives. Elle préconise donc le dialogue entre toutes différentes parties intéressées comme voie de sortie de la crise.
Les Evêques mettent également en garde contre l’anonymat des personnes qui invitent, sur les réseaux sociaux, à des rassemblements de masse et à la violence. Ces personnes, disent les évêques, « ne prennent pas la responsabilité des dommages collatéraux qui pourraient en dériver ».
 

17 janvier 2019, 16:11