Cerca

Vatican News
2018.10.24 CAMEROUN: MGR SAMUEL KLEDA (PHOTO ARCHIVE) CAMEROUN: MGR SAMUEL KLEDA (Photo archive 24.10. 2018) 

Un Noël vécu sous le signe de la fraternité

L’Eglise en Afrique a choisi de célébrer la fête de la Nativité du Seigneur avec le peuple en détresse. Dans plusieurs diocèses, les évêques ont célébré cette solennité soit dans les maisons carcérales, soit dans un centre hospitalier.

Jean-Paul Kamba, SJ - Cité du Vatican

Au Burkina Faso, les pensionnaires de la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou, MACO, ont reçu la visite du cardinal Philippe Ouedraogo. Ce dernier, accompagné de trois prêtres, a célébré la messe du jour de Noël dans ce centre carcéral en plein air.

Rien n’est impossible à Dieu

Dans son homélie, le cardinal Ouedraogo a déclaré : « Dieu n’oublie pas ceux qui souffrent et l’Eglise ne peut pas oublier ceux qui souffrent. »
Les encourageant, il a mis en parallèle la situation des détenus avec celle du peuple juif alors déporté. « Dans le passé, comme nous le dit la Bible, les Juifs étaient déportés dans un pays étranger ; ils étaient en esclavage à Babylone, donc confrontés à la misère, un misérable sort. Le prophète Isaïe ranime leur espérance en chantant la naissance du Dieu sauveur. C’est un peu comme vous aussi qui êtes transférés ici, loin de chez vous. La parole du prophète Isaïe doit avoir une résonnance particulière pour vous », a indiqué le cardinal Ouedraogo, avant de les réconforter en affirmant : « Ce Roi libérateur, c’est Jésus de Nazareth né de Marie, présence de Dieu parmi ses frères humains. Rien n’est impossible à Dieu. »
A la fin de la célébration eucharistique, en plus de quelques cadeaux de Noël, un repas a été servi à tous les pensionnaires de la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou.

Une occasion pour se convertir

Dans le diocèse de Porto-Novo, au Bénin, l’ordinaire du lieu, Mgr Aristide Gonsallo a pour sa part rendu visite aux détenus de la maison d’arrêt de la ville de Porto-Novo où il a célébré l’eucharistie de la solennité de la nativité de Notre Seigneur Jésus-Christ. Etant une fête de la joie en famille, Mgr Gonsallo a créé cette atmosphère de joie en invitant, au début de son homélie, tous les participants à se lever pour chanter avec la chorale des détenus « Les Anges dans nos campagnes ». l’évêque du diocèse de Porto-Novo a rappelé que la nouvelle de la naissance est un évènement de joie « quand on voit l’enfant naître, il y a de la joie », a-t-il expliqué. Pour Mgr Gonsallo, celui qui nous est né, est venu pour le salut de tous « que nous soyons le pire des pécheurs ou les meilleurs de ce monde. Car personne n’est si pécheur pour être privé de la grâce de Dieu ».
Par ailleurs, dans son mot de remerciement, le Père Omer Baïmey, aumônier diocésain des prisons de Porto-Novo, a tenu à sensibiliser les détenus : « Prenez votre présence dans cette maison comme une occasion de conversion pour un mieux être profitable à toute la nation maintenant et après, ici et ailleurs ». ainsi Mgr Gonsallo a formulé à l’endroit de détenus le souhait que la prochaine fête de Noël ne les retrouve plus dans cette prison.

Le Mystère de l’Incarnation ouvrir à Dieu et au prochain

Au Cameroun, l’Archevêque de Douala, Mgr Samuel Kleda a célébré Noël à la prison centrale de New Bell où il a invité les détenus d’aller à la rencontre de Yahvé qui se rend accessible à tout Homme à travers l’Enfant-Dieu.
L’Archevêque de Douala a exhorté les responsables de la prison centrale de New Bell, à réduire, dans cette maison d’arrêt, le nombre trop élevé de prévenus. Il a enfin rappelé aux Camerounais l’urgence de combattre la haine et de ne « considérer aucun homme comme un ennemi car le Mystère de l’Incarnation nous dispose à nous ouvrir à Dieu et au prochain ; à accueillir la Paix et à la faire régner ».

Se réaliser soi-même, en prenant soin des autres

« Cinquante-six ans après la création de ce Centre, c’est pour la première fois qu’un archevêque prend l’initiative d’y célébrer en personne, une messe comme celle-ci. La messe d’aujourd’hui est une opportunité de prière pour retrouver une nouvelle force et un nouvel élan qui donneront à chacun le désir et le goût de se réaliser soi-même, en prenant soin des autres ». C’est en ces termes que le Directeur général du Centre national hospitalier et universitaire Hubert Koutoukou sMaga de Cotonou, Alexandre Koffi Sossou s’est exprimé au début de la messe 24 décembre 2018, présidée par l’archevêque de Cotonou, Mgr Roger Houngbédji.
L’aumônier de l’hôpital, le Père Baurice Kiti de renchérir : « La grande célébration eucharistique de la nativité de notre Seigneur et Sauveur est la preuve même que l’Emmanuel est venu, non pour les biens portantes mais pour les malades ». Dans son homélie, Mgr Houngbédji a consolé les malades en demandant à Dieu qui naît dans l’histoire des hommes, d’apporter le soulagement corporel et spirituel dont les malades ont besoin au milieu des souffrances et des angoisses qu’ils endurent.

Repas de la restitution de l’amour

Le 25 décembre 2018 au centre Loyola de la Paroisse St Mathias Mulumba de Paris-Congo dans l’archidiocèse de N’Djamena, au Tchad, la Communauté Sant’Edigio en collaboration avec les élèves du Lycée/Collège Sacré-Cœur de N’Djamena a organisé un repas avec les enfants de la rue, dénommé « Repas de la restitution de l’amour ».
Ils étaient plus de 150 enfants dont la tranche d’âge variait entre 10 et 25 ans à jouir de ce cadeau de noël. Les bénéficiaires de cette action n’ont pas caché leur satisfaction et surtout leur désir de regagner un jour leurs familles.

 

 

29 décembre 2018, 16:30