Cerca

Vatican News
GHANA-FOOD-DRINKS-LIFESTYLE GHANA (Photo archive)   (AFP or licensors)

Ghana : Placer Noël sous le signe de la Paix et de l’unité

Alors que la célébration de Noël penche vers une tendance des plus consumériste, les évêques de la Conférence Episcopale du Ghana, tirent la sonnette d’alarme pour retrouver le sens premier et plénier de cette célébration d'une profonde signification spirituelle.

Jean-Paul Kamba, SJ Cité du Vatican

« Noël est une célébration profondément spirituelle. Malheureusement, les activités commerciales et l’importance excessive accordée à la dimension sociale de la fête ont de plus en plus éclipsé la signification spirituelle de Noël », remarquent les évêques de la Conférence Episcopale du Ghana. Suite à ce constat, ils rappellent le sens véritable de Noël : « un temps de partage pour rappeler l'amour ineffable de Dieu et pour renouveler notre détermination à aimer comme, Il nous a aimés ».

Avec Noël œuvrer pour la paix

Le christ, Prince de la Paix, établit cette paix de façons unique et pousse les humains à vivre en paix les uns avec les autres. Fort de cette conviction, la Conférence Episcopale du Ghana a remercié toutes les personnes qui ont pris et continuent à prendre une part active dans le processus de la pacification du pays en générale, et de la région de Dagbon en particulier.
En effet, Dagbon est une région du Ghana septentrionale habitée par les Dagbamba, avec une population d’environ 650.000 habitants. C’est l’une des 8 régions du pays où il y a encore les royaumes traditionnels, reconnus par l’Etat central comme des organismes administratifs locaux. En mars 2002, le roi des Dagbamba, Ya Naa Yakubu Andani II, et 40 autres personnes, avaient été tués dans une attaque conduite par une faction légale. L’épisode a provoqué une marée de violents affrontements entre les clans de la région. Les évêques demandent que le processus légitime de sélection des nouveaux chefs soit respecté, et exhortent les habitants de Dagbon à veiller à ce que le règlement des différends se fasse toujours dans le respect de la légalité et de la paix.
« Chaque vie humaine est précieuse et un atout pour la personne, pour la société et pour l’humanité dans son ensemble », rappellent les évêques, au sujet notamment du comportement sur la route, en exhortant le peuple ghanéen à respecter les règles de conduite automobile afin d’assurer la sécurité sur les routes et ainsi mettre fin à la recrudescence des accidents de circulation qui est devenu un facteur quasi omniprésent de mortalité dans le pays.

Construire l’unité et la Justice pour tous

L’épiscopat ghanéen invite le peuple de Dieu à « examiner sobrement les rôles que chacun est appelé à jouer pour assurer l’unité à différents niveaux et être fermement résolus à agir en conséquence ». Cela suppose un effort de renoncement à ce qui divise le pays, soulignent les évêques, afin « de favoriser ce qui contribue à renforcer le lien d’unité entre tous les citoyens, quelles que soient leur appartenance ethnique et politique ». La promotion de la justice à tous les niveaux de la nation, demeure pour les évêques la cheville ouvrière de la paix et l’unité, ont-ils écris.
La Conférence Episcopale du Ghana a pris soin de faire remarquer que si la justice signifie donner à chacun ce qui lui est dû, elle oblige, par-là, tous et chacun, en particulier ceux qui ont la responsabilité de la distribution des ressources de la nation, à veiller à ce que cela se fasse équitablement.
Les évêques ghanéens ont en outre déploré l’existence du fossé toujours grandissant entre les riches et les pauvres et ils ont exprimé leur regret concernant les conditions de vie générales dans le pays qui deviennent on ne peut plus insupportables pour de nombreux Ghanéens.

Rester humble et accepter le salut de Dieu

Noël est une école d’humilité. C’est en effet une autre signification spirituelle profonde de célébration, ont indiqué les évêques, tout en expliquant que « la primauté du message de la vie éternelle ou du salut doit être soulignée à nouveau au Ghana. » Ils précisent que « depuis le début du nouveau millénaire, de nombreux nouveaux mouvements ou groupes religieux sont apparus, dont les enseignements et les pratiques vont à l’encontre du principe premier de l’Evangile du Christ. » Pour l’épiscopat ghanéen, « ces tendances négatives doivent cesser parce qu’elles ne sont pas chrétiennes. Par conséquent, poursuit-il, alors que nous célébrons la naissance du Christ, nous devons nous rappeler qu’aucune personne ou objet humain ne doit prendre la place du Christ comme objet d’adoration. Les chrétiens doivent mettre leur foi en Jésus Christ seul, car même dans les moments les plus difficiles, le Christ reste notre seul Sauveur. »
En définitive, la Conférence Episcopale du Ghana encourage les chrétiens et tous les autres Ghanéens à garder leur foi en Dieu et à chérir les valeurs du dur labeur, de l’endurance patiente, de la modération et de la satisfaction.
 

24 décembre 2018, 17:27