Cerca

Vatican News
 L’Eglise de la Miséricorde Divine au Tchad ( Photo Illustration) L’Eglise de la Miséricorde Divine au Tchad ( Photo Illustration)  

Au Tchad, le Schéma RESRAT attend l’approbation du Saint Siège

Le secrétaire général de l’association dénommée Rencontres sacerdotales et religieuses des Africains au Tchad, RESRAT, l’ abbé Alfred Yadjingar Ngardoum, nous explique les contours de l’innovation liturgique dite Schéma RESRAT, qui attend l’approbation du Saint Siege.

Entretien réalisé par Séverin Ndingatoloum – N’Djamena, Tchad

« Enraciner l’évangile dans la culture tchadienne », c’est la mission première de la RESRAT, Rencontres sacerdotales et religieuses des africains au Tchad. L’association qui fête ses 50 ans d’existence a, depuis 1989, proposé un schéma liturgique, dit Schéma de la RESRAT. Le schéma de la célébration liturgique de messe a été proposé par l’association à la conférence des évêques du Tchad en 1989 et est en experimentum dans les églises catholiques du Tchad notamment pendant les temps forts comme l’Avent et le carême.

 

De quoi s’agit-il ?

Il ne s’agit pas en effet d’un autre schéma à côté du rite romain. Le schéma RESRAT qui n’est pas encore approuvé par Rome est l’expression du rite romain dans la manière de célébrer la liturgie dans la culture tchadienne. L’innovation consiste en la prise en compte de la culture et des traditions tchadiennes. Par exemple, la posture assise dans les célébrations liturgiques revêt une importance particulière. En effet dans la culture tchadienne, la posture assise est l’expression du respect. Comme l’explique le secrétaire général de la RESRAT, l’abbé Ngardoum, « au Tchad, on exprime son respect à une personne en l’écoutant dans une posture assise ».
Ainsi dans cette nouvelle expression du rite romain, l’ assemblée liturgique est invitée à adopter la posture assise, notamment au moment du l’acte pénitentiel(le Kyrie), ou encore lors de la proclamation de l’évangile.
Entre autres particularité du Schéma RESRAT, l’acte pénitentiel intervient après la liturgie de la parole. L’abbé Ngardoum explique : « c’est l’écoute de la parole de Dieu qui peut interpeller les uns et les autres sur leurs manière de vivre en conformité ou non avec la volonté de Dieu. Après l’écoute de la Parole de Dieu, nous sommes plus disposés à reconnaître notre péché et demander pardon. »

Entretien avec l’ Abbé Ngardoum, Secrétaire Général de la RESRAT

 

Un jubilé placé sous le signe de l’inculturation

«RESRAT, après 50 ans de vie : Les priorités pour une évangélisation et inculturation qui relèvent des défis actuels», est le thème du jubilé d’or de la Rencontres sacerdotales et religieuses des africains au Tchad. Le Secrétaire général de RESRAT justifie le choix de ce thème dans le contexte de la naissance de ladite association. La RESRAT est née dans un climat de turbulence au niveau mondial et juste deux décennies après l’évangélisation du Tchad avec pour objectifs primordiaux d’unir et d’enraciner l’Evangile dans la culture tchadienne. L’année jubilaire est, à en croire le Secrétaire général de la RESRAT, non seulement une année d’évaluation mais une année de réconciliation.
 

12 décembre 2018, 17:29