Cerca

Vatican News
Cristo Re dell'universo, Gesu Cristo Cristo Re dell'universo, Gesu Cristo  (©Renáta Sedmáková - stock.adobe.com)

Méditation dominicale : La royauté de Jésus est un défi et une interpellation

Le Père jésuite Rigobert Kyungu nous introduit à la méditation avec les lectures de la fête du Christ roi de l’univers, année B.
P. Rigobert Kyungu, SJ

 

Frères et sœurs, nous célébrons ce dimanche la solennité du Christ, Roi de l’univers, qui marque aussi la fin de l’année liturgique B. Tout au long de cette année liturgique, nous avons médité sur la vie de Jésus, son ministère public, sa mort et sa résurrection. A présent, l’Eglise nous propose de considérer la seconde venue de Jésus, lorsqu’il reviendra à la fin des temps comme roi, afin de juger les vivants et les morts.

Mais Jésus n’est pas roi seulement à la fin des temps. Environ deux siècles avant sa naissance, Daniel annonçait déjà la royauté éternelle du Fils d‘Homme. Il dit dans la première lecture « Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite ». Dans l’évangile, c’est Pilate qui proclame que Jésus est roi, même s’il ne comprend pas bien ce que cela signifie, car il se référait à la royauté à la manière des hommes. En effet, pour les hommes, un roi est toujours entouré d’honneurs mondains ; il commande comme il veut et ne manque de rien, car il est matériellement riche. Mais telle n’est pas la manière de Jésus, ce roi qui n’a ni armée ni garde, est né dans la pauvreté extrême, a vécu dans le renoncement total par rapport aux biens matériels, et est mort dans un grand dénuement.

La royauté de Jésus s’exerce dans la donation totale de soi, par amour pour les hommes qu’il est venu sauver. Comme le dit saint Jean dans la deuxième lecture, Jésus, le souverain des rois de la terre, nous a délivrés de nos péchés par son sang, parce qu’il nous aime.
Dans l’évangile, Pilate qui prétendait juger Jésus, se voit plutôt être interrogé par lui. Jésus lui révèle que sa royauté s’exprime dans sa mission de témoigner de la vérité, c.-à-d. arracher les hommes des mains du diable, qui est le prince du mensonge (Jn 8,46). Malheureusement, Pilate était plongé dans le mensonge, et il n’a pas adhéré à la vérité. Et la vérité, c’est Jésus lui-même, comme il l’avait déjà déclaré (Jn 14,6).

La royauté de Jésus est comme un défi et une interpellation par rapport à la manière dont les hommes exercent leur pouvoir. Alors que beaucoup de dirigeants du monde recourent à la violence, au mensonge et aux honneurs pour faire sentir leur pouvoir, Jésus, le vrai Roi, nous invite à imiter sa manière de régner, en nous mettant au service des autres, au point de nous donner jusqu’au bout, sans chercher nos propres intérêts. Il nous invite à faire partie de son royaume de vérité. C’est donc un appel pour chacun à être vrai envers lui-même, envers les autres et envers Dieu. Avant l’heure de sa mort, Jésus avait prié pour que ses disciples soient consacrés dans la vérité (Jn 17, 17-19). Demandons-lui de nous aider à quitter nos manques de vérité, pour appartenir à son royaume de vérité, lui qui est le chemin, la vérité et la vie. Amen.
 

24 novembre 2018, 17:42